Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

Hier, c’était la journée du livre. Je me suis souvenu qu’il y a deux ans, pour la même occasion, j’avais envoyé un livre à ma nièce par alliance. Au téléphone elle s’était exprimée du haut de ses vingt ans au sujet de mon désintérêt pour le monde moderne, jusqu’à me dire que je n’échappais pas à sa main mise et que je serais «hypocrite» de ne pas le reconnaître. N’utilisais-je pas l’ordinateur et l’Internet pour communiquer? « Tu es bien content qu’il en soit ainsi », me dit-elle, plutôt fière de son raisonnement. Il est assez ironique de voir comment des enfants, que vous avez vu naître et qui ont joué sur vos genoux, parvenus à l’âge adulte, oublient qu’au moment de leur majorité, vous aviez déjà voyagé à travers le monde et étudié toutes les grandes religions et philosophies, et que vous avez toujours combattu le matérialisme, même si vous rouliez en vélo, en mobylette et plus tard en voiture. Ironique, disais-je, parce que ces mêmes enfants vous marchent maintenant sur la tête…

Quand les jeunes vous font la leçon

Les jeunes n’aiment pas qu’on leur dise qu’ils n’ont pas raison; qu’on ne vient pas du singe, par exemple, que l’évolution est un mythe, qu’ils sont des marionnettes cousues de fils blancs par des professeurs d’université, eux-mêmes formatés par les institutions gouvernementales*, que cuisiner est mieux que de se nourrir dans les fast-foods, etc. Pour ma part, avant d’atteindre l’âge adulte, en plein cours, je me suis levé et j’ai quitté définitivement le lycée à cause d’une réflexion raciste à mon égard. (J’avais, je crois, irrité le professeur. Mais le directeur s’excusera auprès de mes parents au nom de l’administration. Pour lui, j’étais un exemple à retenir dans leur établissement car j’étais le seul Algérien dans le lycée à ne l’avoir jamais fréquenté.) Puis je suis devenu un vrai rebelle peace and love et le suis -toujours- resté. À cette époque, dans les années 70, parmi les jeunes, il était de bon ton de se monter contre l’État et la bourgeoisie, de lire Rimbaud, Baudelaire, Sartre et Camus. Avec l’âge, on se rend malheureusement compte que ce n’est qu’une étape récurrente dans l’évolution de la jeunesse. Les progressistes veulent souvent refaire le monde et s’indignent contre le système. Mais une fois arrivés à la trentaine, ils rentrent dans les rangs et deviennent des personnes « respectables ». Le comble, c’est qu’ils chercheront à vous faire la leçon : « on ne réinvente pas la roue; on ne va pas retourner en arrière », ou, à l’instar de ma nièce : « le livre a fait sa vie, il est à l’agonie. Avec les réseaux sociaux, nous sommes rentrés dans une ère nouvelle. Nous autres jeunes, nous ne vivons plus à la manière des vieux », ainsi de suite. En vérité, pour la majeure partie d’entre eux, ils sont pires que nous. La cuisine seule suffit à le démontrer : l’art de se nourrir est la condition essentielle pour qu’une société puisse se désigner en tant que civilisation digne de ce nom.

*Dr. Barrette, le nouveau ministre de la santé pour le Québec. Avec une telle figure à la tête de la Belle province, on peut douter que l'on va s'attaquer sérieusement au problème de l'obésité, n'en déplaise à Yves Boivers* de La Presse qui n'y voit absolument aucun problème. Sans parler de la façon dont il est arrivé à ce poste: il a reçu une indemnité d'un million et 200 milles dollars pour son départ volontaire de l'ordre des médecin !
*Pour lire son article:

 

Lecture suggérée :

Albert Camus et la révolte

Commenter cet article