Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

Quelques notes éparses que j’ai retenues du livre de Tariq Ramadan L’islam, le face à face des civilisations. Malgré la critique acerbe qu'il m'inspire, je reconnais que c’est un bon ouvrage pour celui qui veut s'enquérir de l’islam et de la philosophie de l’auteur, un maître à penser qui n’a pas la langue dans sa poche et qui connaît bien son sujet.

 

« L’histoire des idées nous en persuade » écrit-il, à propos du doute. Évidemment, dois-je préciser, par civilisation, comme le titre l’indique, il est entendu qu'il fait allusion à l’Occident; et, par Occident tout ce qui est d’influences juive, grecque, romaine et islamique. Ramadan donne le nom des philosophes qui ont marqué l’histoire des idées (je les cite pêle-mêle): Socrate, Aristote, Pascal, Spinoza, Malebranche, Berkeley, Hume, Kant, Kierkegaard, Nietzsche, Marx, Sartre, Camus, Husserl. Ils ont tous posé « le doute comme une étape obligée de l’évolution de la pensée vers Dieu. » Roger Garaudy, qui semble beaucoup compter pour Ramadan (il s’est converti à l’islam), affirme : « Ce doute est l’épreuve du feu nécessaire à toute foi véritable. » Il faut savoir également, et l’auteur le raconte très bien, que le feu a été volé aux dieux par les hommes, de là l’expression « voleurs de feu ». Depuis cet événement métaphysique, rendu mythiquement possible par Prométhée, le mal a été consacré. Et ce voleur singulier est devenu « un héros civilisateur, le plus grand héros » de l’Occident ! « Le phénomène, ajoute Ramadan, ira en s’amplifiant avec le progrès scientifique et technique. » Il écrit encore : « Le mythe de Prométhée ‘parle’. » C’est l’homme en devenir que l’Occident a inventé à travers ce fantasme. Philosophes, scientifiques, romanciers, artistes, poètes se sont lancés à l’assaut du ciel pour montrer leur haine et tuer Dieu. La souffrance leur sert de prétexte; elle est source d’inspiration et de révolte : c’est cela devenir « absolument moderne » rappela Rimbaud, le « Suprême savant ». Ils ont ainsi plongé la civilisation dans « une orageuse mer de désespoir fatal ». L’utopie qu'enchante Ramadan, c’est de penser que les musulmans peuvent refaire l’histoire et rendre la civilisation plus heureuse, parce qu’ils n’ont pas, culturellement, vécu les mêmes travers...

 

Lien en rapport :

Le Voleur de feu et le doute comme vertu majeure

Commenter cet article