Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

 

les clés du mahabharata-livre-de Dominique WohlschlagÀ lire pour se faire une bonne idée du contenu du Mahabharata. C’est bien dit et je vous en donne un extrait. C'est ainsi que l’auteur débute son livre. Puis en quelques pages, dans un chapitre intitulé Qu’est-ce que le Mahabharata ?, il résume avec élégance l’épopée en dix pages. Un exploit.

« Le Mahabharata, la grande épopée de L’Inde, est un monument littéraire pour le moins déroutant : par ses dimensions d’abord, près de dix milles pages de vers intrépides et rigoureusement cadencés ; puis par la liste interminables des dieux et des héros qu’il met en scène ; par la foison des mythes qu’il reprend de sources anciennes, qu’il développe, triture, remanie ; par de longues digressions didactiques, son influence considérable sur les arts ; et surtout par le rôle spirituel et religieux qu’il a joué depuis plus de deux millénaires, et qu’il continue de jouer, dans le cadre de cette tradition si miraculeusement vivante et multiforme qu’est l’hindouisme. Ces qualités exceptionnelles et redoutables le desservent pourtant. Pratiquement nul « honnête homme » de l’époque contemporaine, si féru soit-il de culture classique, si curieux soit-il de découvrir des chef-d’œuvres littéraires, si avide soit-il de sagesse orientale, n’en a lu plus que de brefs résumés. Tout au plus, l’amateur de saveurs orientales se sera contenté d’en picorer çà et là des miettes, d’en admirer l’iconographie, d’assister à quelques pièces de théâtre indien ou de visionner un ou deux films, orientaux ou occidentaux, sur le sujet. » (Je marque en rouge.)

Pour en lire plus sur ma critique de ce livre :

 

Les semailles des Kurus

C'est un internaute qui m'écrivait il y a quelque temps à propos de la publication de son Mahabharata, Les semailles des Kurus, et je suis allé visité son site que je partage ici. Je ne connais pas l'auteur, Jean-Claude Pivin, mais en surfant sur le Net, j'ai appris que c'était un scientifique, un scientifique, comme nombre d'entre eux, qui s'intéressent au Mahabharata. Pour l'instant je ne vous en dis pas plus mais je vous invite à visiter son site: http://mahabharata.fr

_________

Le Mahabharata et la recherche de la connaissance

La différence entre le Mahabharata et les autres Écrits à caractère religieux à travers le monde, c’est qu’il se présente comme un long fleuve explicatif et exhaustif (le plus long livre jamais écrit, de surcroît par un même auteur); le Mahabharata ne décrit pas les choses de la vie en deux mots. La vérité concernant le fonctionnement du monde n’est pas un produit de consommation rapide. Seul, celui qui est déterminé et sérieux peut s’engager à le lire avec profit tellement il est profond, comme l’existence. Et de tels individus sont rares.* Ce qui nous fait énoncer cette règle plus générale et universelle : l’ignorance et le mal qui affligent l’humanité ne sont pas dus à une information sur la vérité qui serait indisponible, non, ils sont dus à un manque de volonté pour la connaissance.

* « Parmi des milliers d’hommes, un seul, peut-être, recherchera la perfection, et parmi ceux qui l’atteignent, rare celui qui Me connaît en vérité. » Le Mahabharata et la Bhagavad-gita.

____________

Cul de sac

Étudier l'Inde ancienne
et envisager son passé
tel que décrit dans la littérature,
le Mahabharata en l'occurrence,
par l'interprétation mythologique uniquement,
c'est faire fausse route.

Mais pour les athées,
bigots et religieux réfractaires au polythéisme,
ils n'ont d'autre alternative
que le rationalisme
qui les mène dans le mur.

 

Frapper le mur, Mahabharata

Les plus grands mystères de l'humanité

J'ouvre le livre au sommaire pour vérifier ce que je sais déjà. L'auteur commence par :
1. Les premiers Australien.
2. l'extinction de l'homme de Néandertal
(...)
4. L'Atlantide, le continent perdu
5. Stone Edge.
(…)
12. Les manuscrits de la mer morte
16. Le roi Arthur
(...)
26. Notre-Dame de Lourdes
30. Les Protocoles des sages de Sion

 

Etc., mais rien sur le Mahabharata, ce livre le plus vieux du monde, le plus long, écrit en vers si poétique et d'une richesse incompréhensible pour l'idée que l'on se fait des hommes de cette époque; en plus on y parle de vimanas, c.à.d d'ovnis et d'armes nucléaires, et le tout dans un réalisme surprenant. Je pourrais continuer sur des pages et des pages à propos des mystères traités dans cette volumineuse œuvre littéraire, spirituelle et avec une trame historique. Que ce soit à propos de la science du yoga, de l'âme, de la réincarnation, des extra-terrestres, des dieux, de Krishna, des mathématiques, du zéro, bref de plein de choses extraordinaires et qui ont disparues, le Mahabharata offre une perspective unique et exceptionnelle du passé de l'humanité, en l'occurrence l'Inde. Encore aujourd'hui, dans ce pays, le Mahabharata demeure très apprécié en tant que trésor antique, national et culturel; il est étudié pour son ésotérisme avant-garde, sa philosophie profonde, pour la langue, le sanskrit, et sert toujours de référence religieuse. Pourtant, l’œuvre ne figure pas dans la table des matières, l'auteur n'a pas jugé digne de le mentionner ! Pour moi, c'est cela le plus grand mystère, celui d'avoir occulté le Mahabharata.

____________

Le Mahabharata diminué par les spécialistes

 « Quand on regarde tout ce que vous avez écrit, demande-t-on à Georges Dumézil, le texte qui revient sans cesse dans vos comparaisons, c’est le Mahabharata. » 

Effectivement, ce savant est réputé pour son immense intérêt qu’il porte au Mahabharata et à l’Inde ancienne. C’est une passion qui a conduit de nombreux érudits, notamment Madeleine Biardeau, à le considérer comme la référence en ce domaine, surtout pour ce qui a trait au Mahabharata. Vous devez savoir, vous qui me lisez, que pour comprendre la spiritualité hindoue et ses textes, il faille consacrer beaucoup de temps à leurs études, sinon s’y investir totalement. Il est quasi impossible de comprendre ne serait-ce que le Mahabharata si l’on n’est pas un amoureux de l’Inde et de ses héros. Personnellement, je n’ai jamais pu lire cet auteur. Aujourd’hui je le fais par nécessité, pour le travail de critique, mais plus jeune je ne trouvais rien d’intéressant à son exégèse; pire, comme beaucoup de ses contemporains qui analysaient les textes sanscrits, je le considérais superficiel, inintéressant et simplificateur jusqu’à les désavantager sciemment.

 Je vous explique la raison de ma réprobation à partir de son propre témoignage. Je m’assure ainsi de ne pas être condamné pour ce jugement si sévère. Après tout, les indianistes ne lui rendent-ils pas hommage pour avoir rendu accessible tant d’écrits hermétiques à la pensée occidentale? « Dans votre travail, lui demande-t-on, depuis le début jusqu’à aujourd’hui, l’Inde a été l’un de vos domaines de prédilection. –Vous savez, répond-il, l’Inde, les Indes, sont un monde. Pour l’étudier vraiment il ne faudrait rien faire d’autre. »

Le Mahabharata en 4 volumes (anglais)

________________________

_____________

Bonjour, je voudrais vous poser une question...

Quand j'ai vu ce livre dans la vitrine d'une librairie à Bruxelles où j'étais en vacances chez une amie, j'ai dit à celle-ci : « Entrons! Je vais te montrer qu'en Belgique c'est comme en France, au Canada, en Afrique du Nord ou du Sud ; les gens sont ignorants malgré la richesse de la culture aujourd'hui accessible à tous. »

Le plus grand livre du monde, le MahabharataMon amie fait de la radio et elle interviewe des auteurs. Chez elle il y a plein de livres qu'elle reçoit pour cela. On a beaucoup parlé du Mahabharata. J'ai donc abordé le jeune libraire en pointant le grand livre rouge : « Bonjour, je voudrais vous poser une question... Savez-vous quel est vraiment (insistant sur l'adverbe) le plus grand, le plus long et le plus ancien livre de l'humanité jamais écrit sur l'histoire d'une civilisation ? » Il ne savait pas. Il était désolé...

Un des malheurs inhérent à l’âge de Kali, c’est d’être persuadé de pouvoir toucher à la vérité matérielle ou spirituelle, de s’en approcher ou d’entrer en communion avec elle, sans l’aide d’un guide ou d’un maître. C’est une grande illusion. Le malheur est encore aggravé, d’abord par le fait que les personnes qualifiées pour transmettre le savoir védique dans son intégralité, en le rendant accessible à la pensée contemporaine, sont rares, elles sont une espèce en voie de disparition ; et ensuite parce que les spiritualistes qui ont un intérêt pour la littérature tels le Ramayana ou le Mahabharata ne sont plus persuadés de la véracité de leur contenu ; ils le réduisent aux spéculations des matérialistes incapables de comprendre l’intelligence supérieure et extraordinaire de ces enseignements. Ces matérialistes prennent ces histoires pour des mythes écrits par des auteurs dont les ancêtres vivaient dans les cavernes, à l’instar de l’homme préhistorique, primitif et ignare qui venait d’apprendre à allumer un feu.

Été 2017
 

 

Commenter cet article