Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

Comte-Sponville

La différence entre un athée et un croyant, c'est une forte imagination, pour le premier. Celle-ci est entraînée, en dépit de l'absurde, à voir le verre plein alors qu'il est vide. C'est la conclusion à laquelle arrive le philosophe athée André Comte-Sponville. Dans ce segment de la vidéo qui débute à la 20 ième minute, il s'explique.


Le lien pour voir la vidéo en bas de page ,

Question :Y a-t-il une vraie différence entre les gens, une différence de vie, entre croyants et non-croyants?
-Ils n'ont pas la même métaphysique, répond-il, ni la même philosophie. Il y a assez souvent une différence psychologique. Au fond, être athée, c'est être confronté à une dimension de désespoir. Pascal, Kant, Kierkegaard, trois philosophes chrétiens -mais des génies, évidemment- ont raison de dire qu'un athée lucide et cohérent ne peut pas échapper à une part de désespoir. C'est la différence entre un athée et un croyant. Mais que l'on vote pour la gauche ou pour la droite, que nous gagnons ou pas au loto, nous allons tous crever. La différence ? C'est que pour l'athée, tous ces espoirs aussi légitimes ou dérisoires soient-ils, selon le cas, viennent buter sur ce qu'André Gide appelait le fond très obscur de la mort. Athée ou pas, nous allons tous crever !
- C'est vrai pour tout le monde...
-Mais pour ceux qui croient qu'il y a une vie après la mort, l’espérance a le dernier mot. Il y a des gens dont on voit qu'ils ont traversé ce désespoir là. Pas forcément qu'il soit triste. Moi, j'essaye de penser au contraire à ce que j'appelle un gai désespoir, le bonheur de celui qui n'a plus rien à espérer parce que cette vie suffit à le combler. C'est assez proche au fond de ce que disait Camus dans Le mythe de Sisyphe : il faut imaginer Sisyphe heureux.

Aimer la souffrance, tout comme Sisyphe
Pour en lire plus avec

__________________

 

Cliquez sur ce lien pour regarder la vidéo ci-dessous directement sur Dailymotion

________________

Jean-François Khan

Jean-François Khan et la Grèce

Il nous explique que philosophe signifie "celui qui aime la sagesse". Sait-il, Jean-François Khan, qu'il existait des sages ailleurs qu'en Grèce, et que ceux-là savaient parler de choses et d'autres, logiquement et rationnellement ?

Quant aux Grecs, c'est un truisme que de rappeler qu'ils considéraient tout ce qui était extérieur à la Grèce comme frappé de barbarisme.

Jean-François Khan et la philosophie des vieux

Cliquez sur ce lien pour regarder la vidéo ci-dessous directement sur Dailymotion

Commenter cet article