Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

om-art-dieu-Dieu est complet en lui-même.

C'est pour cela qu'il est Dieu. Sinon on dirait qu'il est un dieu mortel ou humain. Et ceux qui ne croient pas en Dieu remplacent maladroitement ce mystère par le concept du Hasard ou celui du Moteur premier, ou encore par une matière qui serait éternelle. Mais tous ces substituts sont pauvres en soi et incapables d'expliquer le pourquoi et le comment de ce monde. Non seulement ça, mais ils créent la confusion et l'hypocrisie : ainsi l'homme se prend indûment pour le possesseur de son environnement et prétend que personne d'autre que lui ne peut en jouir, et surtout pas Dieu ! Naturellement, il y a des conséquences néfastes à cette attitude : le monde court irrémédiablement à sa perte. Dieu est complet en lui-même.

Les théories scientifiques, nous dit-on, ne sont pas de pures croyances, c'est ce qui les différencie de la religion. Les théories sont fondées sur l'observable, alors que les croyances imposent de considérer que les réponses sont divines. L’évolution n’est plus une hypothèse ou une théorie, elle est un fait : les espèces se transforment, de la bactérie jusqu’à l’homme.

- Avant tout, qu'est-ce qu'une pure croyance ? Il n’y a pas de telle conception, sauf peut-être des cas en psychiatrie. Ce piètre argument qu'est la pure croyance scientifique est avancé comme un épouvantail. Son but est d’impressionner le peuple moutonnier qui ne sait pas discerner les formes de croyance à l’œuvre en ce monde, qui ne soupçonne pas que les athées sont également atteints par la croyance aveugle et idolâtre, impure, mais croyance tout de même.
 

Céline Dion_adoration_déesse
Céline Dion à Las Vegas

Expérience passe science

Lapin_magicien_évolution_baguette magiqueOù a-t-on jamais observé qu'un escargot ait donné naissance à un lapin ou quelque exploit de ce genre, pour aboutir ensuite à l’homme –et à la femme ?! La science matérialiste et sa méthode, écoutez-moi vous la décrire : si quelqu’un assure avoir découvert une nouvelle loi, à lui de la démontrer par une expérience. C’est aussi simple que ça. Prenez une fourmi et montrez sa transformation en coccinelle. Si vous dites que la vie vient de l'eau, prenez des gaz et montrez que vous êtes capable de créer quelque chose qui se mange, du blé, une fraise ou des cacahouètes. À l’aide de gaz créez une explosion d’où surgirait un être en mutation ; après 10 ou 50 ans on pourra observer le produit merveilleux de l’évolution… Mais pour l’instant, ces puériles tentatives ont toutes échoué. Nonobstant ces déboires, savants et athées font passer ces croyances pour de la science et se moquent allègrement des croyants !

Le savoir s’acquiert-il tout seul ?

Intervention d’un athée : Eh bien non, justement ! Je ne souscris absolument pas à la spontanéité du savoir qui nous serait tombé tout cuit dans le bec. Quelle idée saugrenue ! Mais vous, par contre, vous vénérez une cause nommée Dieu, un être intelligent qui aurait créé et configuré le monde, la vie et dont le savoir viendrait de lui ; n’est-ce pas ?

Animaux_évolution_forêt_sauvage-Exact, et c'est le postulat ici : le savoir vient d'en haut, de Dieu –et non du hasard ou par accident. Sans Dieu, sans la science qui l’accompagne comme une partie de lui-même, vous n'êtes qu'un animal. Les animaux n'ont pas besoin de croyance ni de science, ils suivent tout simplement leurs instincts. Mais même dans leur cas, Dieu est l’ordonnateur du système dans lequel ils se déploient en harmonie avec leur environnement et les autres espèces, pas vous ! ni les hommes et leur soi-disant indépendance intellectuelle. Au contraire, par votre orgueil et insouciance, vous et vos pairs avez entamé une destruction effroyable de ce milieu naturel et divin.

Savez-vous en quoi consiste l'intelligence ? Vous savez ce que signifie la science en tant que discipline ? Je vais le redire : l'intelligence ou la science nous sont données par des maîtres qui, eux, les ont reçues d’autres maîtres, et ultimement par Dieu. Elles n'apparaissent pas spontanément à l’homme, mais par intuition et s’il a des maîtres qui l’ont préparé à recevoir cette science. Donc, celui qui suit et qui répète ce que ses supérieurs lui ont enseigné est moins hypocrite que celui qui prétend penser par lui-même.  N’est-ce pas logique et clair ça ?

Apprendre à marcher-évolution-C'est la meilleure, le savoir vient d'en haut, on aura tout vu ! Faut-il vous répéter à mon tour que le savoir n'est pas préexistant à la condition humaine. Par exemple l’homme apprend par lui-même le pourquoi des choses et comment il évolue. Personne ne nous a enseigné la grammaire du ciel.
-C'est bien ce que je déclarais plus haut : la génération spontanée ! L’homme apprend par lui-même...

Un autre intervenant : Serait-ce incompatible avec la croyance que l'humain apprenne par lui-même ? Je ne comprends pas…

-Avez-vous appris à marcher tout seul ?

- Pas vous ? me répond-il innocemment.

- J'ai eu des parents qui m'ont donné la main et dont j'ai observé les manières de se comporter, de parler et de manger. Par mimétisme, j’ai alors fait mes premiers pas, confiant en leur protection. »

Il est à noter que, malheureusement, tout le monde n’a pas de parents aimants. Certains naissent dans des milieux misérables et non propices au développement culturel. C’est dire l’inégalité consécutive à ce monde ici-bas. Les athées vous répondront que c’est simplement une question de chance que de naître ici ou là, cela n’a rien à voir avec le destin.

Krishna_Bhagavad-gita_naissance dans une bonne famille_réincarnation

_______________________________________________________

Et quand Schopenhauer reconnaît que le savoir n’est pas le fruit du hasard, du néant ou de l’intuition, mais la conséquence d’une transmission humaine : « Je ne crois pas, je l’avoue, que ma doctrine aurait pu se constituer avant que les Upanishads, Platon et Kant aient pu jeter ensemble leurs rayons dans l’esprit d’un homme. »
__________________________________________________________

Deux exemples du Mahabharata

À cet égard, le Mahabharata, cet écrit qui raconte exhaustivement l’histoire des premiers temps de la création du monde et de l’humanité, nous donne une version plus adaptée à la réalité pragmatique et à sa diversité que d’autres écritures saintes tels le Coran ou les deux Bibles, ou encore l’approche matérialiste. Car même si la manière de traiter cette représentation de la réalité nous apparaît, du point de vue de notre époque, fantasque et mythique, les leçons que l’on peut tirer de ces enseignements singuliers sont d’une richesse inestimée. Arthur Schopenhauer a une belle façon de le dire : Les Hindous « reconnaissent d’une manière positive la parenté incontestable de l’homme avec toute la nature animale ; et ils le représentent toujours, par la métempsychose et autres systèmes, en étroite relation avec celle-ci. »

Yayati tombant du Paradis sous le coup d'une malédiction-serpentRevenons au Mahabharata. Lorsque l’un des premiers rois de la Terre, Maharaj Yayati (mais il y en eut d’autres, notamment son père, le très célèbre Nahusha*) se rend sur les planètes supérieures pour vivre en compagnie des dieux, il commettra une aberration sans nom par manque d’humilité, ce qui est assez fréquent parmi les rois et les guerriers (kshatriyas). Cette faute le condamnera à retourner sur Terre pour y purger sa peine. Comme la malédiction d’un brahmana ne peut être annulée, Yayati implorera les sages qu’il a offensés la bénédiction de renaître dans une bonne famille, soit de brahmana ou de kshatriya. Ce faisant, comme Krishna l’énonce dans la Bhagavad-gita, il aura plus de chance de continuer son évolution spirituelle là où il l’avait laissée avant de se compromettre. Car « À qui marche sur cette voie, dit encore Krishna, aucun effort n'est vain, nul bienfait acquis n'est jamais perdu. »

 Plus on est riche plus on vit mieux, faut croire.

* Le roi Nahusha avait été choisi par les dieux, malgré sa condition d’humain, pour occuper le siège d’Indra, le Dieu des dieux. En effet, celui-ci étant devenu introuvable, il fallait vite remédier à la situation de peur d’être attaqué par l’ennemi juré, les démons. Mais au bout de quelque temps, le pouvoir lui ayant monté à la tête, imbu de son prestige, Nahusha commença à manquer cruellement de respect envers les dieux et les brahmanas. Il fut par conséquent châtié par ces derniers. Déchu du paradis, il fut rejeté sur Terre sous la forme d’un serpent. Mais puisque ces malédictions sont toujours accompagnées d’un moyen pour se tirer du mauvais pas dans lequel le pécheur s’est mis, ou du moins pour en atténuer la peine, suite à son repenti sincère Nahusha put être délivré par un membre prestigieux de sa descendance, le grand et humble Maharaj Yudhistir, alors en exil avec ses frères et Draupadi dans la forêt. L’humilité, Yudhistir en est la personnification. Tout le Mahabharata tourne autour de lui. Nahusha, ayant remercié Yudhistir pour ses leçons de sagesse, retournera au Ciel, avec les dieux.

Vous remarquerez qu’ici ou dans l’autre monde, il y a toujours beaucoup de gens présents, à part soi. Le nihilisme n’y a pas sa place. La diversité du vivant est plus complexe et subtile que le « pur Brahman » ou les conceptions monistes.

Et pour en revenir à nos moutons, une bonne naissance est plus propice à notre évolution ; une famille aimante et cultivée rend la vie plus facile ; c’est elle qui nous façonne, qui nous apprend à marcher. Elle nous aime, nous l'aimons. C’est l’orgueil qui fait que l’on ne veut pas apprendre des dieux, voilà ce que nous enseignent ces rois védiques, ce qu'enseigne le Mahabharata.

Qui se sent morveux se mouche !

« Darwin n’a jamais dit que nous descendions du singe
puisque l’évolution nous apprend que nous en sommes. »

« Encore une fois, me lança mon interlocuteur, au risque de me répéter : ce n’est pas le ciel qui nous a générés, mais l’eau. C’est là qu’a commencé la vie. Je ne vous apprendrai rien si je vous dis qu’il faut bien venir de quelque part. Nos ancêtres n’ont pas toujours été des êtres humains, à moins que vous croyiez que le monde a été créé il y a six mille ans. Nous avons bien appris à maîtriser le feu avant de pratiquer l’agriculture… Ce sont indubitablement les hommes qui ont construit les cathédrales et qui ont fait voler des avions dans l’espace. Consultez des scientifiques, des vrais, ils vous diront tous que nos cousins les singes n’avaient pas le cerveau pour lire des œuvres philosophiques ou faire des mathématiques. Nous avons acquis ces dispositions intellectuelles grâce à l’évolution.

La régression de l'évolution_transgenre et transexuel

-Je ne suis pas certain, lui répondis-je, que nous ayons progressé philosophiquement en affirmant que nous ne sommes pas des singes mais leurs cousins !

-Non, c’est faux, je n’ai jamais dit ça, c’est même le contraire que mes collègues et moi affirmons : nous sommes des primates de la famille des hominidés, tout comme les bonobos, les chimpanzés, les gorilles, les orangs-outans (les seuls représentants encore vivants du genre Homo). Et si nous faisons partie de la même famille, c’est parce que nous avons des ancêtres communs. Ce n’est pas une croyance, dois-je vous rappeler, la génétique le prouve de façon irréfutable.

-C'est faux !? Quand j’écris que nous sommes des singes, pour paraphraser les darwinistes, on me répond que je raconte des sornettes, que Darwin n'a jamais prétendu que nous venons du singe, et quand je dis que nous ne sommes pas des singes mais leurs cousins, on nous rétorque que c'est faux ! Tout dépend avec qui vous parlez mais ils sont forts pour vous faire tourner en bourrique. Et c'est ainsi partout et en tout temps. Par exemple, certains darwinistes vous diront que l’évolution progresse selon un plan, selon un sens, et d’autres plaident avec force pour le contraire.

- Heu…Non…En tout cas pas en ce qui me concerne. J’affirme que rien ne démontre l’existence d’une quelconque intentionnalité, (dessein, programme, but, etc.) et rien n'indique que ce soit vrai.

Enfants-éducation_bourrage de crâne_darwinisme-Yves Coppens dit exactement l’opposé. À travers une vidéo, il nous raconte ses salades au sujet de la vie sur terre et de ses développements. Je ne commente pas, tout est dit ! Il est absurde et irresponsable que l’on puisse enseigner des trucs pareils dans les grandes écoles ! Que l’on bourre le crâne à des enfants avec ça, on peut comprendre que ces derniers en soient impressionnés, même si c’est scandaleux, mais des adultes !?

Voici donc la vidéo en question et quelques-uns de ses commentaires que j’estime farfelus.

À la fin de chaque citation, je mets le temps en minutes correspondant à la lecture pour ceux qui aimeraient écouter de vive voix ce délire.

« L’univers, on aperçoit l’existence à partir de 14 milliards d’années... 13, 7 ou 13,9… enfin en gros 14 milliards d’années. » 5’11

« La science voit la matière changer mais dans un sens, changer du plus simple au plus compliqué, et du moins organisé au plus organisé. Rien que ça c’est extraordinaire, hein ! C’est fantastique de savoir qu’il y a un sens. Il y a une flèche, il y a une direction. Et à partir du moment où il y a une direction, il y a du sens. Ça fait réfléchir quand même. Comme si la matière n’avait qu’un souci, qu’une envie, c’est quand les conditions s’y prêtent de se compliquer, se compliquer, se compliquer et de s’organiser en même temps…» 7’20.


Clown-drôle-science-évolution« Tout ça c’est très logique. C’est dans l’eau qu’apparaissent les premiers vertébrés… Les tout premiers que l’on ait, je crois, ont 535 millions d’années. Alors ce n’est pas au mois près, hein… Et ils sont toujours dans l’eau. Alors, on dit que la vie est sortie de l’eau, ha, ha, ha ! En fait non, on subit jusqu’à ce que l’on devienne homme, auquel cas on peut agir sur notre propre destinée… La vie n’est pas sortie de l’eau, c’est plutôt l’eau qui a disparu. Quand vous avez l’habitude d’avoir une vie aquatique et qu’elle n’est plus aquatique du tout, vous vous débrouillez pour vous adapter pour survivre. Et c’est ainsi que des plantes, d’abord, ont commencé à faire de la photosynthèse, c’est-à-dire à récupérer le CO2 de l’air au lieu de prendre celui de l’eau et c’est ainsi que les plantes sont devenues plus vertes et ont développé la chlorophylle. Et puis, dans ces herbes, sur terre, il y a seulement 500 millions d’années pour être généreux, mais en fait c’est un petit peu moins, 450 millions d’années… » 24'50

Et vous pouvez écouter toute la discussion avec d'autres intervenants, comme Georges Vigarello, en suivant ce lien sur France Culture. Vous serez gâté si vous êtes un peu comme moi.

L'évolution : la fable des athées

« Décidément, vous ne comprenez rien, s’exclament les darwiniens !
Les singes et nous sommes deux lignées différentes mais de la même famille. »

Nouvelle histoire de l’homme-pascal PicqConcomitant à cette Nouvelle histoire de l’homme, il y a la nouvelle histoire du monde. Dans cette version, il se serait créé tout seul ou aurait toujours été là. Je vous offre ici un échange qui reflète parfaitement bien cette conception qu’on se fait aujourd’hui de nos origines et de la création. En ce domaine, il y a égalité des sexes. Je dirais même que les femmes ont tendance à vouloir surpasser les hommes. Jugez-en par vous-même.

Une intervenante scientifique m’interpelle à cet égard : « Le monde a très bien pu se créer tout seul, il n’a donc même pas été nécessaire de le penser. »

Et je vous assure que ce genre d’assertion passe comme du beurre au milieu d’une assemblée de gens cultivés et portés sur ces questions. C’est dire ! Ce genre de superstition est devenu courant. Mais, à part les contes et les dessins animés, qui a déjà été témoin d’une chose qui se crée toute seule ?

Blanche neige et la baguette magique

Elle continue ainsi : « Si, le monde a bien pu se créer tout seul et fonctionner tout seul ! Une feuille qui s’envole le fera dans le sens du vent, elle va donc prendre une direction bien précise et qu’on peut observer sans pour autant y voir un but ou une intentionnalité. Encore moins un Dieu ! La matière se complexifie quand les conditions le permettent nous dit Coppens, on peut très bien faire cette observation sans mettre une intention ou un but derrière. 
-Pourtant, Coppens dit le contraire.
-Où ça le contraire ??? Je n’ai pas entendu Coppens parler d’intentionnalité, de dessein ni de but. Et moi je n’ai pas parlé de sens ni de direction ! »

L'aveuglement volontaire ! Pourtant on fait ça bien... On lui donne le lien et on se casse la tête pour écrire un texte basé sur les stupidités de Coppens ; on publie une vidéo avec preuve à l'appui, et là elle fait sa sophie, comme si de rien n'était... Et pour comble, elle place l'illustration ci-dessous en guise de démonstration : « Les cristaux de glace se créent tout seuls. Pas de ciseleur céleste à l’œuvre. »

De la poudre aux yeux. Ça ne se mange même pas !

flocons de neige-l'évolution et la vie

Rebelote !

Elle nous assène l’argument scientifique imparable : « Et l’évolution n’est pas une croyance, la génétique le prouve de façon irréfutable. »

Voilà où nous en sommes rendus. Il suffit de trompéter que la génétique le prouve, qu’on a entrepris toutes les expériences scientifiques à cet effet dans nos labos ; il suffit de coller son œil au microscope et vous verrez comment le singe est indéniablement le cousin de l’homme, ils sont de la même famille. Mais puisque vous n’êtes pas biologiste et que vous ne connaissez rien en ce domaine, la preuve n’est pas pour vous, mais pour les gobe-mouches disposés à croire les scientifiques. Votre foi en la science et les institutions académiques n’est pas assez forte pour que vous assimiliez la théorie de l’évolution. Vous ne vous rendez pas compte de votre ignorance ? Tout le monde, je veux dire à part les créationnistes (eux, même en tant que scientifiques, sont incapables de comprendre que nous sommes des singes, ce qui n’est pas le cas des athées qui savent distinguer le grain de l’ivraie et qui ont une intelligence adaptée à la modernité), tout le monde croit à l’évolution !

Faut-il rire ou en pleurer de ce raisonnement ? Elle est donc tombée si bas la rationalité !

Une véritable expérience scientifique, à mes yeux, serait qu’un humain copule avec un orang-outan et que le résultat donnerait un orang-humain, un humain ou une créature quelconque. Et ce n'est pas suffisant pour désigner une telle expérience de "scientifique" ; il faut pouvoir la reproduire plusieurs fois. Pourquoi n’a-t-on pas fait cette expérience, les hommes seraient-ils trop pudiques ? Eh bien, les femmes peuvent s’y essayer, les grands singes doivent aimer les blondes. Ils ne sont pas stupides nos cousins !

Le dieu pan séduisant une chèvre
Musée des Beaus-Arts de Montréal

 

Science fiction : péplum, la planète des singes

« On ne peut pas descendre du singe si on en est un ! »

Ce film est un excellent repère pour l’éducation scientifique dans les écoles. Son message idéologique sert à remplacer l’enseignement chrétien qui affirme, ou affirmait, que le monde a été créé en six jours et que Jésus seul peut nous aider à comprendre le mystère de la création.

« Et ce n’est pas une croyance, répond mon interlocutrice, la génétique le prouve de façon irréfutable. »

Donc, la science, qui est suprêmement rationaliste, enseigne que nous sommes des singes mais que nous ne venons pas d’eux ?!?  Allez comprendre ! Nous en sommes arrivés à un tel point de cette persuasion idéologique en porte à faux sur nos origines simiesques que les croyants confus se laissent manger la laine sur le dos et rentrent dans le placard. Ils laissent toute la latitude à ces matérialistes qui trompètent orbi et orbi que nous sommes des singes évolués, des singes civilisés se rasant les poils du corps.

En aucun cas, cependant, la science ne nous a fait la démonstration de l’existence d’un spécimen d’homme qui proviendrait d’un singe. Si ? ( Je ne parle pas des derniers siècles où il était commun pour les Européens de faire outrageusement ce lien )*. La science, peut-elle produire une preuve de ce qu’elle avance ? Peut-elle présenter l’exemple d’un peuple ou de quelques humains qui seraient une transformation du singe ? Non, elle ne peut que le marteler comme une certitude à partir d’hypothèses. C’est tout.

« Décidément, vous ne comprenez rien, s’exclament les darwiniens ! Les singes et nous sommes deux lignées différentes mais de la même famille. »

Science fiction : péplum, la planète des singes-évolution

J’avais écrit dans la rubrique Science d’un forum : « Ils affirment que nous sommes des singes mais que nous ne descendons pas d'eux, exemple de cette confusion que les scientifiques aiment à propager pour mieux faire progresser leurs doctrines. »

Et l’on m’a répondu ceci : « Si mes souvenirs sont bons de ce que j’ai appris en classe, l'homo sapiens fait partie de la catégorie des primates, de ce qu'on appelle les "Grands singes". En revanche l'idée très généralement véhiculée que l'on descendrait du singe est, elle, belle et bien fausse : on partage un ancêtre commun rapproché avec les autres singes, c'est à dire qu'il a existé à un moment une espèce précise  (c’est moi qui souligne) et qu'au cours du temps les descendants de cette dernière se sont différenciés en plusieurs espèces : celles que l'on met sous le mot de "singe" et celles du genre homo qui ont donné nous-mêmes ! Le fait est qu'il serait bien difficile de descendre du singe en en étant nous même un. »

Je le reprends alors, pour tenter de le corriger : « Vous vouliez écrire  « imprécise », à un « moment imprécis » et concernant une espèce « imprécise ».

Sa réponse : « Non, je voulais bien spécifier précise, car la théorie de l'évolution la place à l'embranchement précis entre notre lignée et les "singes. »

Moi : Vous comprendrez qu'en science, changer de terme, par exemple ‘moment’ par 'embranchement', n'est pas plus précis.


c'est pour cette raison que l'on s’amuse à moquer les darwinistes avec la farce du chaînon manquant devenue un serpent des mersMais peine perdue, ces gens-là font litière de tout bon sens en ce domaine tant le formatage mental durant leur jeunesse à l’école a été réussi. Voici la tarte à la crème qu’ils prennent pour un raisonnement rationnel et scientifique : « On ne peut pas descendre du singe si on en est un ! » C’est comme si on disait : « Un Italien ne peut pas descendre des Romains puisque il en est un, de Romain !? »

Rebelote : « En effet, m’écrit-elle pour corroborer l’argument, Darwin n’a jamais dit que nous descendions du singe puisque l’évolution nous dit que nous en sommes. Le terme "cousin" n’est pas à prendre au pied de la lettre. »

"Cousin", c'est donc pour faire du style ? Rappelez-vous que Darwin n'était pas seulement un scientifique, mais également un littérateur. Il se permet de jouer avec les mots, selon elle. On en conclut que s'il vivait à notre époque, il ferait comme Yves Coppens, du cinéma.

Un autre intervenant : « J'ai du mal à tout comprendre mais Darwin aurait-il dit que l'homme descend du singe?

-Non, il n'a pas dit cela. Il ne sait pas d’où il vient, c'est pour cette raison que l'on s’amuse à moquer les darwinistes avec la farce du chaînon manquant devenue un serpent des mers.»

Quand le singe descend de l'homme

Yves Coppens, lui, n’en déplaise à certains, montre sans aucune ambigüité que nous sommes des singes et que nous avons évolué à partir d’eux. Ils racontent que nos ancêtres -des singes- se sont mis debout à un moment donné de leur existence, pour s’adapter à l’environnement, en l’occurrence pour voir plus haut que les herbes de la savane qui leur obstruaient la vue. Cela n’a pas été facile mais à force d’entrainement et de volonté ils auraient réussi admirablement la transition.


Comment les singes apprirent à marcher, d’après L’odyssée de l’espèce. Et tous les enfants au primaire regardent ce film…
Comment les singes apprirent à marcher, d’après L’odyssée de l’espèce.
Et tous les enfants au primaire regardent ce film…

Ce n’est pas si aisé quand on n’est pas un scientifique de comprendre si l’homme vient du singe ou si c’est le singe qui vient de l’homme. Car ces gens-là, les darwiniens, racontent n’importe quoi et savent que le bon peuple suivra. Il s’est toujours conduit ainsi le bon peuple, en religion par exemple, mais pas uniquement. C’est facile. ( Ah, le bon people! Selon Céline. )

Pour cela, il s’agit de s’organiser adéquatement et, par l’esprit de corps fortifié, d’empêcher la pensée indépendante de prendre ses ailes. Il faut poursuivre les marginaux comme on poursuit les sectes. Les harceler jusqu’à ce qu’ils se terrent et qu’on ne les entende plus. Humiliez-les, moquez-vous d’eux, exilez-les ! Tout ce qui dépasse, hop, coupez-le ! Vous verrez, plus personne n’osera contredire l’idée que nos ancêtres sont des singes et non des anges. Si quelqu’un souhaite faire partie de notre société et élever dignement sa famille, qu’il s’aligne avec nos convictions sociétales et politiques. Nous avons peiné pour établir nos valeurs et notre conception de la science, ils n’ont qu’à s’intégrer. On ne fait pas ce que l’on veut. L’individualisme, comme philosophie, c’est terminé ; aujourd’hui il faut être grégaire, se serrer les coudes, marcher ensemble, être Charlie. Ces gens qui prônent des valeurs qui ne sont pas les nôtres, tels la Science et le Progrès, ces gens qui vont à contre-courant des connaissances rationnelles et scientifiques, doivent être bâillonnés à tout prix. Ils doivent absolument reconnaître notre filiation avec les singes et accepter que nous sommes des animaux. Peu importe s’ils trouvent cela logique ou pas. Il ne peut y avoir deux ou plusieurs pensées : seulement une !

Et vous croyez que je blague ?! En 2010, Philosophie magazine titré en page couverture : Le singe descend de l'homme !

Pour en lire plus sur nos ancêtres :

L'évolution : juste pour rire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article