Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

Je vais donc résumer la Bhagavad-gita pour que le philosophe sache de quoi il en retourne, mais résumer sur mesure, pour lui et ceux qui lui ressemblent puisqu’ils sont légions à jurer que la philosophie est née en Grèce, tout comme la démocratie ou la science.

Je le ferai de manière concise car ils n’ont pas de temps à consacrer à ce chef-d’œuvre de la littérature dont ils ne savent rien.

On va donc redoubler d’effort pour ne pas les fatiguer puisqu’ils ont une conception de la philosophie bien grecque, c’est dire chauvine, comme l’était ce peuple aux conceptions humaines et sociétales totalitaires et dont l’Occident et les thuriféraires n’ont cesse de reproduire les schèmes.

Ils sont si fiers de cette filiation qu’ils déclament aussitôt que l’occasion s’en présente leur amour inconditionnel et aveugle pour cette culture. Ils considèrent sa position unique et supérieure à toutes les autres. Par conséquent, les philosophes grecs occupent dans l’histoire de la pensée, pensée devenue philosophie quand elle a fait tabula rasa sur tout qui n’était pas rationnel, gagnant ainsi la première place sur le podium de l’intelligence débarrassée de ses scories, en gros débarrassée de Dieu.

Pour faire simple, à l’origine de la conscience il y a le singe, puis son cousin, né en Afrique, qui a quitté ce continent marchant sur ses deux pattes postérieures et devenant homme; il est arrivé en Grèce après maintes pérégrinations et tentatives de civilisation. C’est alors la fin de la préhistoire, achevée grâce aux génies des philosophes grecs. Voilà pour le préambule. Maintenant voici un aperçu de la philosophie que prône la Bhagavad-gita, mais avant je vous propose cette lecture :

Jean Grenier sur l'Inde, avec A. Camus

.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article