Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Ahmed

Il est écrit dans le coran que si un musulman veut encourager ses semblables sur la voie de Dieu, il doit le faire d'une manière appropriée, avec sagesse, responsabilité, et respect.

Qui détermine ce qu’est la voie de Dieu ? Qu’est-ce que la voie de Dieu ? http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTvLaDweSvLdgt43sgoEYSRa_xJKKUuIm_zoCP2CVWnYVearDYxQu’est-ce que Dieu ? Serait-ce le déisme ? Shiva ? Le monisme ? Le panthéisme ? La lumière ? La félicité ? Moi ? Le soleil ? Vishnou ? Jéhovah ? Le cosmos ? Jésus ? Manitou ? la thermo-dynamique ? etc; etc. Mais voici un exemple, ci-dessous, lu dans le Nouvel Obs, assez banal et succinct. En ce qui me concerne, ce sont des explications rationnelles que j’aimerai lire de la part des défenseurs d’un islam potentiellement spéculatif et dévotionnel : « La nouvelle problématique des Lumières est alors perçue en lien avec les analogies sinon les prémisses que la tradition islamique pouvait proposer. Ainsi, le déisme et la tolérance prêchés par la nouvelle Europe ont rencontré l’écho de l’akbarisme, qui structurait l’élite ottomane, arabe et persane. L’akbarisme* était la théorie métaphysique et morale extraite des textes écrits par le théosophe andalou Ibn Arabi (1165-1240), lequel a diffusé sa conception de l’unicité de l’Être qui réoriente la croyance islamique vers une forme de déisme immanentiste doublé de relativisme religieux, rendant encore plus systématique le relativisme coranique, en allant jusqu’à accorder crédit et part de vérité à toute forme de croyance fût-elle des plus païennes.» Je savais bien que j’avais raison !

_______________

Voir d'autres articles, plus bas sur cette page à propos du roi Abar qui reigna sur une bonne partie de l'Inde du Nord.

_____________________________

Pour un islam spirituel

Bariza Khiari, la preuve par l’exempleDans un article de Jeune Afrique, intitulé « Bariza Khiari, la preuve par l’exemple », on nous fait entrevoir, sur le bout des lèvres, un côté essentiel de l’islam, qui l’est d’ailleurs à toutes les autres religions; mais chez ces dernières, théologiens et philosophes ont su mettre en valeur ce côté essentiel ou, du moins, pourvoir les esprits rationnels en quelques explications originales et exhaustives, même si discutables (c'est ce qui leur donne une base métaphysique ou scientifique plausible), ce qui ne l'est pas chez les musulmans au XXI siècle.

Cette grande dame, née à Constantine, en Algérie, et qui a brillamment réussi dans la politique française -elle est sénatrice socialiste-, peut nous entretenir de la pensée profonde de l’Islam (selon l'article). Pour changer de celle entendue à profusion, que tous les gens cultivés connaissent maintenant quasiment par cœur ; je parle du côté religieux, politique ou orthodoxe radical, et non pas, malheureusement, du spirituel pragmatique, l’articulation pédagogique des enseignements du Coran, au lieu de la répétition inlassable des versets comme début, milieu et fin axiomatique de toute argumentation philosophique. À l'instar, par exemple, pour n'en citer qu'un, de ce qu'ils entendent par le mot « âme » et de sa situation ontologique. Cela fait plaisir à lire de savoir que la sénatrice , madame Khiari, est prête à partager ses réalisations en ce domaine, mais on aurait aimé un tout petit aperçu pendant que vous y étiez. Surtout qu’elle a envie d’en parler, selon ce qu’elle vous a confié. Pourtant elle n’était pas vague sur ses idées : elle veut « faire valoir un islam spirituel, libre et responsable. » Ce n’est pas rien! Et ça ne peut mieux tomber. Personnellement, je voudrais savoir, entre autres, s’il s’agit de mysticisme ou de philosophie, ou encore des deux à la fois. Qu’elle est la résistance de ces champs de la connaissance islamique face aux autres systèmes ? En d’autres mots, que proposent les musulmans de similaires ou de différents aux autres pratiques spirituelles qui n’ont pas déjà montré leurs limites et qui sont familiers des intellectuels?

______________________________

 

Quand l'islam est libéral et social

J'aime. Mes parents musulmans faisaient la même chose quand ils visitaient un temple hindou.

_________________

Allah est grand, la femme petite

«Mais il me fallait d’abord reconnaître cette ‘maladie de l’islam’ (c’est l’auteure qui souligne) qui consiste à tuer au nom d’Allah et à user de la foi comme idéologie de combat.» Voilà donc ce qu’écrit Fawzia Zouari dans Jeune Afrique*, une femme qui n’a pas froid aux yeux quand il s’agit de dénoncer les barbus: «Avouer le peu de fierté d’être musulmane», écrit-elle encore, laissant entendre qu’il y a de quoi en être fier si l’on sait regarder le bon côté de l’islam. Mais comme les temps changent -et en politique, ou dans le domaine du journalisme, surtout lorsque la diffusion d’un magazine dans un pays dépend de l’autorité musulmane-, il vaut mieux ne pas trop en  dire pour éviter la censure. Aujourd’hui, vu la résurgence de l’islam au maghreb, il faut y aller avec des gants blancs pour critiquer la religion. Il est de bon ton d’ailleurs de s’en prendrehttp://storage.canalblog.com/89/69/240634/10656374_p.jpg à l’islamisme plutôt qu’à l’islam, aux intégristes plutôt qu’aux modérés. «Je veux bien reconnaître que les arabo-musulmans ont subi guerres et humiliations. Mais cela justifie-t-il la barbarie qui éclabousse leur grandeur d’antan…» Qu’entend-elle par grandeur d’antan? Elle n’est pas sans savoir sur quoi repose la foi musulmane, c’est la même que celle du juif: la haine des autres religions, les païennes en particulier. Qu’elle prenne un livre d’histoire publié en Europe et qu’elle lise sur les invasions musulmanes en Inde, après cela, elle saura ce que signifie l’enfer.

* Lu dans Jeune Afrique # 2673

Musulmans philosophes?

http://www.muslima.com/french/images/img-left2.jpgDix ans après ma lettre à Jacques Attali*, dans laquelle je le questionnais sur le contenu de la foi musulmane qu'il célèbrait comme pure et riche, je n’ai toujours rien entendu ou lu à ce sujet qui justifierait son assertion. De la politique, on en charrie à foison, mais de la philosophie que dalle ! On se demande s’il existe vraiment une pensée musulmane qui ne tourne pas autour du voile, de la prière et du ramadan?! Et si l’on gratte un peu les couches fossilisées de l’histoire des idées islamiques, retrouve-t-on autre chose que l’influence grecque et judaïque? Retrouve-t-on un islam personnalisé, aux idées originales, propres à sa caractéristique, dont l’étude nous éclairerait sur les intentions des musulmans qui font aujourd’hui tant de vagues pour être reconnus de par le monde? En ce qui me concerne, je n’ai rien lu ni entendu depuis cette lettre à Jacques Attali.

* Lettre ouverte à J. Attali


______________

Comme un poème soufi

Tu as bien commencé ton interrogation
Mais par la suite j’ai comme l’impression
Qu’à jauger l’obstacle en cours de route
Tu t’es refroidi par de trop grands doutes

Cette juste mesure pour progresser positivement
Dans cette montée irréversible de la mondialisation
Est nécessaire pour dépasser la vile politique
Et rassembler là toutes nos forces psychiques

Le résultat -peu importe l’heure-
Sera toujours plus révélateur

C’est cette révélation qui fait le sceau de la sagesse
Si, utilisée comme marche pied au lieu de la paresse

La majorité des gens avant même de connaître l’échec
Font leurs planches de Salut ce politiquement correct
Ils s’enferment de leurs dogmes dans des cercueils
Comme les moribonds vouant aux gémonies leurs écueils
Et martyrisant l’audacieux qui ose aller outre ce paradigme
Pour percer ce qui se cache derrière la magistrale énigme

Je propose:
Qu’au lieu d’espérer en la résurrection des corps
Qu’on les donne aux lions ou même aux porcs
Et qu’au plus vite on fertilise nos champs de fleurs
De leurs excréments pour transcender nos peurs

A l’image de femme soufi Rabi'a al-Adawiya
Qui allait de par les rues défiant la charia
Portant un seau d’eau d’une main pour éteindre l’enfer
Et de l’autre un brandon pour brûler le paradis de tant de guerres

 Je ne raconte pas cela pour vous épater
Vous ridiculiser ou vous transfigurer
C’est une façon pour moi de manifester
Par l’extrême de ce qui me fait pester
Je vous dévoile le fond de ma pensée
Pour que vous sachiez par où je suis passé. 

frise coucher du soleil

L'intégrisme musulman mal famé

Jeune Afrique Fouad LarouiDans Jeune Afrique Fouad Laroui a éveillé mon intérêt pour deux raisons. L'une, pour son essai Le drame linguistique marocain, présenté par Joséphine Dedet et qui donne envie de le lire, l'autre pour son post-scriptum Les intégristes au pouvoir et qui m'a laissé pantois. Pour un écrivain habitué à l'exercice de la langue, je suis désolé de la relativité avec laquelle il manie le mot “intégriste”. Il me semble qu'il noie le poisson en plaçant les intégristes d'un pays démocratique comme les Pays-bas avec ceux des pays “Arabes”, en l'occurrence l'Égypte et la Tunisie, ou n'importe quel autre du Maghreb. L'intégrisme est une réalité naturelle et sociale ; il est partout présent, même aux États-Unis ou en Israël. Rien de nouveau là, mais dans le cas de ces deux derniers pays, ce sont les lois qui brident les passions négatives et réduisent les influences individuelles ou collectives mal famées. M. Laroui a erré pour ce coup-ci, comme le font souvent les religieux modérés. Je pense qu'il faut donner la chance à ces nouveaux gouvernements, mais il serait insensé de fermer les yeux sur le potentiel dangereux que représente l'intégrisme musulman  et ouvertement antidémocratique.

____________

Bulletin secret

http://img.clubic.com/0156015600129987-c2-photo-oYToxOntzOjU6ImNvbG9yIjtzOjU6IndoaXRlIjt9-jaquette-dvd-bulletin-secret.jpgJ'ai vu ce film dans la version originelle et sous-titrée. C'est du cinéma tout en douceur; plus lent, tu décroches, mais la musique, excellente, nous garde fixé sur l'image.


C'est une femme, musulmane, qui va sur une île convaincre ses habitants qu'il faut voter. Certains ont soif de démocratie et d'autres  n'en voient pas l'utilité, le sens positif et trouvent même qu'elle représente un danger, comme ce policier qui doit ignorer les contrebandiers le jour d'élection pour ne pas effaroucher la population.


Traité avec sobriété, loin des lumières d'Hollywood, sans budget massif, c'est du vrai cinéma, de l'art pour transmettre de l'histoire, au sens strict de ce que j'entends par art: l'art pour évoluer spirituellement et non l'art pour l'art.

___________ 

Iran : Ahmad Yahyazadeh, adoucir les moeurs

jeune afrique magazineEn interview*, l'artiste confie :«L'Iran, selon lui, n'est plus un terreau fertile pour les créateurs."  Sa mère, peut-on lire dans cet article, Tahrerh Khoshro, est l'auteure de deux recueils de poésie critique à l'égard du régime islamique. Tous deux ont perdu leur poste de professeur à l'université quelques mois après l'arrivée des mollahs au pouvoir. « Le régime iranien, déclare Yahyazadeh d'un air attristé, a fait beaucoup de mal aux artistes. Les grands cinéastes, les grands musiciens ont été mis en prison». Et il tient à rajouter, catégorique : « Mais il va payer pour tout. »

Aujourd'hui, c'est avec beaucoup d'inquiétude qu'il suit ce qui se passe dans les pays arabes, un mouvement qui, selon lui, doit beaucoup à la révolte des Iraniens en 2009. « Aux Tunisiens et aux Égyptiens je dis faites attention, vous êtes sur le point de rejouer le scénario de 1979. Le peuple iranien a compris que le mélange entre le religieux et le politique ne marchait pas. Une religion, c'est sacré. La politique, c'est nul. »

J'ai pas compris. Il conclue quoi finalement, qu'il préfèrerait confier le destin de son peuple à la religion, sacrée, et non à la politique qui est nulle !? Or on comprend, selon ses explications, qu'il a fui le régime islamiste de l'Iran qui brime la liberté des artistes en les jettant en prison...

* Lire l'article 

En train de jouer de son instrument :
 
_____________

Les Algériens craignent un débarquement sur leur sol

Sarkozy  AlgérieSarkozy : « L’Algérie dans un an, l’Iran dans trois… » !  Nicolas Sarkozy a affirmé à son  hôte qui se plaignait de l’Algérie : « Patientez, et vous verrez ce qui va se passer en Algérie dans un an, et en Iran dans trois » !

Ces propos démontrent que ce qui se passe au Proche-Orient actuellement, surtout après la révolte de la jeunesse égyptienne et la chute du régime de Moubarak, est soumis à un agenda étranger dans lequel les puissances occidentales colonisatrices veulent redessiner le Proche-Orient. Ainsi pense-t-on en Algérie. En effet, d’après Nidal Hamadé, le timing des menaces françaises contre l’Iran et celui de la campagne virulente du Qatar contre la Syrie ne sont pas innocents. Ils alludaient au même complot international au début de la révolte libyenne. Ils ont pesaient de tout leur poids pour empêcher la perte de Mouhamad Kaddafi.

C’est délirant à quel point les Algériens se font peur! Bush ne s’y prenait pas autrement pour effrayer les américains. La solution qu'ils ont trouvée à toute cette hantise d’un débarquement en sol algérien par d’éventuels envahisseurs (non pas des extra-terrestres mais de troupes françaises ou américaines)? On la retrouve dans un entrefilet du Jeune Afrique # 2635:
 

Armement: Alger prêt à dégainer. Cherif Ouazani conclut ainsi: Cela “confirme une tendance lourde: depuis le début des années 2000, l'Algérie fait partie des dix plus gros acheteurs d'armes dans le monde.”e lien  

 

_______________

Akbar, l'islam à son meilleur

Dans cette prose, je paraphrase les paroles d'un ami musulman open, comme on dit, chez moi, à Montréal.

akbar, aurangzeb, inde, islam, maroudiji

Akbar avait beaucoup de mal à comprendre les rites de la liturgie chrétienne, et cela malgré tous les efforts qu'il y mettait. Depuis longtemps déjà, il avait entrepris, pour mieux les comprendre, l'étude de ces nombreuses religions qui faisaient le lit de l'Inde. Celle des Portugais le fascinait et il manda aux autorités de Goa que deux prêtres érudits lui soient envoyés et lui expliquent en quoi consistait le fond de cette religion.

Ce qu'on disait des Évangiles l'impressionnait beaucoup. Il avait développé pour les écrits bibliques un grand respect. Lorsque les jésuites lui firent don d'une copie, il la prit avec délicatesse entre ses mains, l'embrassa et la plaça sur sa tête. « S'étant un jour montré très désireux d'assister à une messe, explique-t-on dans l'Akbar-nâma, les jésuites acceptèrent de le recevoir et de dire l'office devant lui. Mais après la cérémonie, l'un des prêtres lui ayant demandé son impression, Akbar avait fait la moue.

- Vous avez mangé et bu, dit-il, mais vous ne m'avez pas invité. »

À la page suivante, l'auteur de la biographie, Louis Frédéric, précise: « Pour Akbar, politique et religion devaient être des choses différentes, alors que pour les jésuites (comme pour les musulmans d'ailleurs), elles étaient liées.

D'autres textes en relation :
Le défaut du paradigme monothéiste
(critique)

Akbar : religion et culture, l'islam à son top

http://www.rudravina.com/images/img_hist5_2gd.jpgJe poste comme tel cet extrait de la biographie de l'un des plus grands empereurs du monde, Akbar. Je dirais qu'il était, peut-être, le plus grand, vu sa culture. J'aurai l'occasion d'en reparler sûrement, mais pour l'instant c'est l'aspect de sa sensibilité par rapport aux animaux de la part d'un musulman que je souligne. Il est vrai qu'il a été impressionné par les traditions religieuses, hindoue, jaïn parsi et chrétienne, cela au XVI siècle! Encore à cette époque, les musulmans étaient, culturellement, à la pointe du savoir; ils étaient connus pour avoir traduit les plus grands noms de la littérature hindoue et grecque, alors que le reste de l'humanité cultivait encore l'ignorance et le chauvinisme. Il en va ainsi pour le Moyen-âge chrétien.

«En ce qui concerne la chasse, il n’avait aucun rival et avec le raja Sangram qui l’avait accompagné lors de cette conquête (Chitor), il tua environ trois mille à quatre mille animaux dont des oiseaux. Je dois être le digne fils de mon père, car de tous les sports, le tir est celui que je maîtrise le mieux. Une fois, en un jour, j’ai abattu dix-huit daims! Des austérités pratiquées par mon père, l’une est de ne pas manger la chair des animaux. Trois mois par an, il refuse toute viande et pendant les neuf autres, il se contente d’une nourriture soufi.

Il n’a jamais vraiment souscrit au massacre des animaux. Pendant plusieurs jours et plusieurs mois, il préconisait l'interdiction de la chasse à son peuple. Les jours et les mois où il ne mangeait pas de chair animale sont décrits dans l’Akbar-nâma.»

«Si l'écharpe de la vie sociale ne pesait sur mes épaules, disait-il encore, je m'abstiendrais volontiers de manger de la viande. Et ne serait-ce que parce que je comprends la nécessité de se nourrir, j'interdirais aux hommes d'en manger. »

 

Akbar-ascetique-animal.jpg
Akbar visitant un ascétique.

__________________

Pierre sacrée

La pierre noire, kaaba, adorée à la Mecque par les musulmans-A l'occasion de l'Hadj, fête musulmane, on parle de la Pierre noire. C'est quoi l'importance de cette pierre? Y a t-il une histoire derrière, me demanda-t-il ? -Pourtant, il y a des millions d'adorateurs de cette religion, ils pourraient t'expliquer qu'elle est tombée du ciel, si on peut dire, et qu'elle est aussi divine que Dieu lui-même. L'histoire, en vérité,  c'est que les païens l'adoraient depuis des milliers d'années. Le Prophète avait décidé qu'elle était trop sainte et que, à la différence de toutes les autres pierres présentes, on la garderait pour l'édification des musulmans.
-Mais en quoi était-elle sainte? Pourquoi les musulmans l'adorent-ils, tournent autour d'elle, la touchent, l'embrassent comme si elle représentait une entité spéciale, divine?
- C'est l'ange Gabriel qui l'a ramenée du ciel. Il l'a donnée à  Ismael et à son père Abraham pour marquer le lieu de la construction qu'ils menaient.
-Elle est donc unique?
-Oui, c'est ce que nous dit le Coran, unique et spéciale parce qu'elle n'est pas un objet terrestre. Cependant, dans ce lieu ancestral qu'était la Mecque, il y avait d'autres pierres sacrées, c'était une tradition païenne que de les adorer.
Voici un passage tiré de la Sunna islamique à cet égard (Muslim, Livre 30, Numéro 5654) : Jabir ibn Samura rapporte que le Messager d'Allah (que la paix soit sur lui) a dit : « Je reconnais la pierre de la Mecque qui avait l'habitude de me saluer avant ma venue comme Prophète, et je reconnais cela même aujourd'hui ». Mais attention! ne pas adorer d'autres pierres! Seulement celle-là!

__________________

Féminisme islamique

Selon le Larousse, le féminisme est « la doctrine qui préconise l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société ». Une définition que ne renieraient pas ces chercheuses musulmanes, à ceci près qu’elles en récusent le caractère laïc. Pour les Occidentales, l’égalité des sexes est un concept citoyen; pour leurs homologues musulmanes, c’est un principe religieux : les droits des femmes se trouvent dans le texte sacré.

Par Constance Desloire, dans Jeune Afrique à propos d’un article intitulé Féministes au nom d’Allah.

Voici quelques paroles sages et engagées de femmes musiciennes qui ont beaucoup de vent dans les voiles en ce moment. Je les ai vues au festival de jazz de Montréal et je puis dire que si ça continue ainsi, les Touaregs mâles devront se mettre aux pas et laisser les femmes sur les chameaux.

Toujours dans ce même # de Jeune Afrique, dans la section Musique il est dit: « Dans la culture Tamasheq, "la femme est le pilier de la société, déclare l’une d’elle. Un proverbe dit, chez nous, qu’elle est le pantalon de l’homme. Sans lui, il n’est rien." »

Pour un extrait et visualiser ces femmes, les musiciennes les plus libres d'Afrique 

 

____________________

Tuez-les tous !

http://www.mairie-villetaneuse.fr/images/villetaneuse/actus/2011_03/salim_bachi.jpgDans Tuez-les tous, roman de l’Algérien Salim Bachi, publié chez Gallimard et censuré en Algérie, on y lit, à propos des circonvolutions mentales du terroriste à la veille de faire sauter les tours du World trade center, cette réflexion qui s’apparente à la voix de l’avocat du diable tentant de le ramener à la raison ou, mine de rien, de le gonfler à bloc : « Ils se trompaient, on ne revenait pas aux origines, ce n’était que des légendes que les siècles glorifient, et ces idées de la religion, de la race, étaient aussi dangereuses que celles des nazis. »

Toujours se parlant à lui-même, allongé à côté de sa prostituée préférée avec laquelle il compte passer sa dernière nuit, sans pourtant trouver  l’envie de forniquer, il ajouta : « Ils s’aveuglent, mon fils, on ne revient jamais à la pureté originelle, elle n’a jamais existé. Et sur son corps même, le corps saint du Prophète, ils se disputaient déjà pour savoir qui prendrait sa succession. Il n’y eut jamais de pureté. […] Nos ancêtres ont bâti les Pyramides. Fondé Carthage. […] Ce sont les hauts lieux de notre mémoire impure. Nos ancêtres ont bâti leur civilisation, ils ont construit l’Alhambra comme témoignage de leur excellence.

 

Alhambra_Tuez-les tous, roman de l’Algérien Salim Bachi

 

Alors pourquoi vouloir revenir au néant de la pureté originelle? Ils ont érigé des mosquées où l’on enseignait toutes les sciences connues : la philosophie, la médecine, la chimie et l’algèbre. Et que te proposent-t-ils en échange? Le néant de la pureté originelle, le néant qui éteignit la flamme qui brûlait. La lumière dont parle le Coran. Et qu’ils ont éteinte. Ils veulent l’étouffer mon fils dans la pureté impure de leurs intentions comme ils l’ont toujours fait, ils veulent l’éteindre avec leur pétrole, avec leur compromissions, ils l’ont éteinte en chassant les philosophes, en brûlant leurs œuvres comme impies alors que c’était eux les impies, les incrédules honnis de Dieu. L’Orient et l’Occident appartient à Dieu, mon fils. Quel que soit le côté vers lequel vous vous tournez, la face de Dieu est là. Alors pourquoi vouloir mener des guerres injustes contre la face de Dieu? »

Réponse : « Mais parce qu’ils les mènent contre nous. »

__________________

Commenter cet article