Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Ahmed

  Québec: nids de poule, amiante et centrales nucléairesDans plusieurs pays, depuis les derniers événements au Japon, on s’interroge sur le risque nucléaire. Déjà l’Allemagne et la Suisse ont décidé d’enterrer leur projet, provisoirement... Au Québec, le premier ministre, Jean Charest se veut rassurant. Faut-il s’étonner, lui qui désirait à tout prix exporter l’amiante et qui jurait de son innocuité lorsqu’il est manipulé selon le mode d’emploi.  

Seulement voilà, les journalistes ont découvert qu’il y a eu 80 morts l’année dernière au Québec. Imaginez par conséquent les dégâts sur les humains en Égypte ou en Inde vers où il tentait obstinément de fourguer sa marchandise empoisonnée! Et ne parlons pas du bras de fer entre lui et la population ces derniers mois, sur les gaz de schiste. Finalement, nous avons gagné, l’industrie devra ronger son frein jusqu’à nouvel ordre. Le vent a tourné, surtout avec les accidents en chaîne touchant les réacteurs nucléaires au Japon. 

nids-de-poule.jpgJ’en arrive à mes nids de poule, à Montréal. (Voir mon clip vidéo*). Ça, par contre, ça serait rigolo si ce n’était pas si exaspérant et dangereux pour les conducteurs. Mais voilà exactement où je veux en venir avec mon titre singulier. Au Japon, les gratte-ciel et les autoroutes ont supporté le choc d’un tremblement de terre d’une magnitude catastrophique qui aurait détruit n’importe quelles autres villes industrialisées de la planète. Leurs centrales nucléaires, cependant, n’ont pas tenu le coup… Un pays si perfectionné et si intelligent n’avait pas poussé assez loin sa technologie pour se protéger d’un risque désastreux...

  J’ai entendu notre premier ministre Jean Charest annoncer, en point de presse et au grand dam des sceptiques de plus en plus nombreux, que tout est sous contrôle au Québec, qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Toujours avec l’aplomb que nous lui connaissons, de rajouter que nos centrales nucléaires ont été pensées deux fois plutôt qu’une et tous les dangers potentiels savamment anticipés. Je paraphrase avec ironie, mais je ne suis pas loin de son sérieux. Faut voir dans quel état sont nos routes et ce qu’il en adviendrait s’il y avait un tremblement de terre, même moins sévère qu’au Japon, alors on se ferait une idée proportionnelle de l’état de nos centrales nucléaires… 

Heureusement que nous avons des expert comme Bruno Combi pour nous remettre les pendules à l’heure. Je vous résume ses propos : «Ce débat est indécent. Pendant qu’au Japon des milliers de gens souffrent les affres de la mort, de la douleur et de l’humiliation à cause du tremblement de terre -on compte plus de 10 000 morts pour l’instant-, ici, dans nos foyers, bien au chaud devant les téléviseurs, on déblatère sur les centrales nucléaires, souvent avec des motifs politiques. Vraiment indécent, répète-t-il, visiblement fâché, sachant que ces accidents n’ont causé qu’un ou deux morts!» Et un autre d’ajouter, à propos du Canada: « Jusque-là nous n’avons jamais eu de sérieux problèmes, je ne vois pas pourquoi cela changerait. Parce qu’au Japon il y a eu un tsunami? » 

C’est vrai, quoi, nous avons des experts, des scientifiques et des politiciens, ils ne sont pas là pour des prunes, faisons leur confiance!Hein, ça leur plairait qu’on soit de bon citoyens coopératifs! Méfiez-vous cependant, c’est l’industrie qui passe avant les humains, chez ces gens-là. Leurs intérêts se rapportent en tout et pour tout à leurs portefeuilles gros comme la mondialisation.

Commenter cet article