Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

Tariq Ramadan Ailleurs, j'affirmais que je ne lis jamais en Anglais, mais il y a des exceptions selon les circonstances. Le destin est plus fort que la plus déterminée des volontés. Je suis du genre à lire avec un crayon à la main. Ce qui fait que je ne lis pas beaucoup. C'est en partie, je crois, à cause d'une faiblesse de concentration. Je ne sais pas. Je dis souvent, tout de go, que j'aime Tariq Ramadan, mais comme j'aime Onfray ou Soral, ce qui n'est pas pour lui plaire, je suppose. Si vous avez lu ma présentation, vous comprenez pourquoi. Des Beaudelaire et des Rimbaud me font rire par leur révolte puérile. Mais Tariq est un téméraire intelligent qui fait la nique aux intellectuels prétentieux, et ça me plaît. Il l'a facile, cependant. Je l'ai vu quelques fois sur le web, et je suis fier de sa civilité et de sa force intellectuelle J'ai, par contre, de nombreux reproches à son encontre, des reproches qui lui feraient grincer des dents. Objectivement, Tariq Ramadan est comme ceux qu'il critique. Il porte des œillères. 

La semaine dernière j'ai répondu à un article de journal* intitulé Arabitudes: Québécois pur beurre. Si vous voulez lire l'auteure, je vous mets le lien. Quand j'ai eu le livre de Tariq Ramadan en main, j'ai fait le rapport. C'est le même genre de raisonnement mais plus faible. Faut dire que je n'ai pas lu le livre en question. Voilà ce que j'avais écrit :

Il y a certainement plein de bonnes choses à lire dans ce livre, comme « Glaçant encore de lire les chiffres du chômage, faramineux pour une population pourtant deux fois plus éduquée que la moyenne québécoise. » Mais cet article coupe les coins, mais pas à peu près. Ce n'est pas avec le bâton magique du sentimentalisme que les différences problématiques vont s'évanouir. Et dire « Peut-être qu'à force, ils finiront par comprendre à quel point les cultures arabe et occidentale se ressemblent », c'est jouer sur une corde ignorante. En tant qu'Algérien, je peux que confirmer qu'effectivement on se ressemble; mais la mentalité spirituelle est comparable avec celle des québécois d'il y a 50 ans. Sinon, on est pareil. Quand j'arrive dans un de ces pays, mes libertés sont immédiatement brimées. Je ne suis donc pas tout à fait d'accord avec vos analyses. Les injustices sociales existent partout. Mais je puis l'affirmer avec assurance que l'État québécois offre d'énormes possibilités aux immigrants. Si nous sommes « deux fois plus éduquée », à nous de le démontrer, de retrousser nos manches et de leur montrer de quel bois nous nous chauffons, ce que nous avons envie de créer et de maîtriser dans le monde des arts, de la politique et du social ce que nous pouvons apporter au Québec, par des faits concrets, sans le complexe de l'esclave. Le monde ne se fait pas en deux jours. Les immigrants ont beaucoup d'enfants, n'est ce pas? Démocratiquement, donc, vu les parents deux fois plus éduqués, un brillant avenir est en train de se construire pour le Québec. 

Je me rappelle, alors que j'écris ces lignes, une critique que j'ai faite d'un papier de Jacques Attali, dans L'express, je crois, je vous le trouve et je le colle ici, c'est en relation.    

*Le journal Voir : link 

Je me rappelle, alors que j'écris ces lignes, une critique que j'ai faite d'un papier de Attali, dans L'Express, je crois, je vous le trouve et je vous donne le lien, c'est en relation. 

Et voici ma nouvelle couverture du livre de Tariq Ramadan, ce nouveau Batman de la civilisation. 

tariq ramadan batmanLe grand problème de société c’est le lynchage orchestré par les pontes de la communication et de la politique -ajoutons également les intellectuels-, qui encouragent le peuple à juger sans procéder à un examen des faits. Je vous le dis tout de go, vous ne pourrez pas m’accuser de partisanerie et vous servir de cet argument ici. Ceux qui me lisent savent parfaitement que je suis loin des idées de Tariq Ramadan et qu’en matière de critique je ne vais pas avec le dos de la cuillère. C’est ainsi que je comptais employer ma lecture de son nouveau livre. Ce faisant, je me suis enquis, sur le web, auprès de ceux qui le connaissaient pour en savoir plus, notamment au sujet de ses connaissances en matière de spiritualité hindoue, car je l’avais lu, ici et là, à propos du Mahabharata ou de Sankara qu’il mentionnait seulement pour les ayant étudiés, mais je n’ai eu que des nèfles pour réponse. À croire que personne ne lit Tariq Ramadan! Par contre, que de réactions insensées! 

Liens en relation : À quand le réveil de l'islam
Le futur d'Israël vu par trois maghrébins
Fawzia Koofi : Dieu n'est pas un boucher
Tariq Ramadan et les juifs
Allah est grand, la femme petite

 

Commenter cet article