Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Maroudiji

Les grands enjeux de société et les idées qui en font la trame, avec humour, passion et gravité.

Le panthéisme bouddhiste, selon Hegel

« C'est une triste chose de penser que la nature parle
et que le genre humain n'écoute pas »
Victor Hugo

Hegel écrit dans La philosophie de l’histoire : « Le lama, chez les bouddhistes du Tibet, est l’intermédiaire entre Dieu et le peuple. Ainsi, Dieu veille sur le peuple. C’est d’un genre très voisin du panthéisme en général. Toutefois, ce n’est pas le panthéisme indien, en lequel toutes les montagnes, tous les fleuves, tous les brahmanas sont divins en sorte que Brahma est immédiatement présent en eux; dans le culte lamaïste, au contraire, le panthéisme débridé et sans limites s’est rassemblé dans l’Un. Ces peuples se distinguent des Indiens en général par leur état de liberté supérieur. Ils se connaissent eux-mêmes en Dieu, puisqu’ils le posent comme un homme et ils ont une intuition amicale de leur Dieu; aussi sont-ils parvenus à un Dieu plus libre. »

Heger et la religion bouddhiste-citation

Plus libre que le Dieu des hindous ? Hegel, à cette étape de son incursion dans les religions de l’Inde, bien qu’il écrivît beaucoup à leurs sujets, ne semble pas avoir lu ou retenu la Bhagavad-gita ni le Mahabharata dans lesquels Krishna, Dieu, est magnifiquement dépeint dans une forme humaine. Et cela, bien longtemps avant le bouddhisme. Nous savons pourtant qu’Hegel donna un cours dans lequel il peaufina une critique de la Bhagavad-gita. Mais, ici, il n’en tient pas compte et sa position est flanquée de deux erreurs : Dieu, selon les textes hindous, est bel et bien descendu sur terre sous la forme humaine, Krishna; et, de deux, il est apparu avant Bouddha! Aujourd’hui, cette fausse idée, qui veut que Bouddha soit antérieur à Krishna, est toujours colportée singulièrement par des spécialistes de la littérature et des religions anciennes.

* P. 294 (Éd. Le livre de poche)

« De plus, ô Arjuna, je suis la semence de toute existence. Rien de mobile ou d'immobile n'existe sans moi. Mes gloires divines ne connaissent pas de limites. Ce qui je t'ai révélé n'est qu'une manière d'exemple, une infime parcelle de ma grandeur infinie. »  Bg.10-30.40

Le panthéisme de la Bhagavad-gita

« Tout ce qui est beau, puissant, glorieux, éclôt, sache-le, d'un simple fragment de Ma splendeur. Mais à quoi bon, ô Arjuna, tout ce détail? Car, l'Univers entier, par une simple étincelle de Ma Personne, Je le pénètre et le soutiens. » Bg. 10-41.42

Ci-dessous, autre lien sur le panthéisme :

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article