Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Maroudiji

Les grands enjeux de société et les idées qui en font la trame, avec humour, passion et gravité.

Jean-Paul Brighelli, l'école sous influence

Brighelli, l'école sous influence

Voilà la situation, nouvelle; il suffit d'une personne et l'enseignement est perturbé. Imaginez qu'il y en ait trois ou dix... Brighelli est convaincu qu'une hypothèse scientifique est une vérité absolue et que Darwin peut encore être présenté en classe comme un génie digne de l'enseignement national, malgré ses travers personnels et les aberrations de sa théorie. Si Brighelli voulait bien regarder objectivement autour de lui, il se rendrait compte que l'évolution ne produit pas de nouvelles espèces, comme il tente de le faire accroire à ses élèves, mais que les espèces disparaissent, depuis toujours. Les élèves connaissent bien ce phénomène signalé en boucle par les médias concernant la catastrophe climatique, mais que Brighelli ignore obstinément: les espèces se raréfient. 

Claude Bernard, un contemporain de Louis Pasteur et que j'aime citer, écrivait: "Il ne faut croire à nos observations, à nos théorie que sous bénéfice d'inventaire expérimental. Si l'on croit trop, l'esprit se trouve lié et rétréci par les conséquences de son propre raisonnement ; il n'a plus de liberté d'action et manque par la suite de l'initiative que possède celui qui sait se dégager de cette foi aveugle dans les théories, qui n'est au fond qu'une superstition scientifique." 

À un moment où l'autre, si on laisse les étudiants s'exprimer librement, on en trouvera un ou dix pour reprendre un professeur qui tente d'inculquer que la vie vient de la matière ou qu'un singe peut devenir un homme. 

Comment est-ce possible que les enseignants ne savent pas que la majorité des peuples croit en Dieu et accorde peu d'intérêt aux théories athées?! La laïcité n'implique-t-elle pas que la religion et les idéologies correspondantes restent à la maison? Pourquoi force-t-on dans l'esprit des jeunes la transmission académique que le premier homme vient d'Afrique? Qu'y gagne-t-il intellectuellement, concrètement? 

"Car il s'en trouvera nécessairement un", pour reprendre la conviction de Brighelli, un hindou par exemple, pour déclarer durant le cours que les mythes de son pays d'origine, l'Inde, sont plus savants et décrivent mieux l'apparition de l'homme sur terre que la théorie de l'évolution. Et que la culture est intrinsèque à cette civilisation. Elle n'est pas importée. Un hindou ne vous prendra jamais au sérieux si vous martelez en classe que c'est grâce au génome africain qu'il existe, que les Africains sont ses ancêtres. Les Indiens ont leur histoire personnelle, antique, riche et fameuse. De celle-ci, Jean-Paul Brighelli n'en sait rien. Comment l'étudiant peut-il prendre son professeur au sérieux quand il enseigne que nous sommes tous Africains et que l'évolution a commencé il y a six millions d'années dans la vallée du Rif? (Sic. Il s'agit de la vallée du Rift en Afrique de l'Est et non celle du Rif au Maroc. Cette théorie sur l'origine de l'humanité a été popularisée par Yves Coppens à partir des années 80. Aujourd'hui, scientifiquement, on n'accorde guère de crédibilité à ces spéculations. Brighelli n'est pas clair dans ce passage. )

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article