Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

http://images.lpcdn.ca/180x120/200809/12/8120.jpg«Je suis indépendantiste. Au plus profond de moi- même, au plus creux, diront certains. Je suis de gauche aussi. Et laïque. Intellectuellement de gauche. Pierre Foglia link

 

Pourquoi, les gens de gauche ne fument pas à l'instar des gens de droite? Chez les intellectuels de sa trempe, le bouc émissaire est indiscutablement la droite. Et le bon peuple le sait, lui qui ne fume pas non plus. La gauche ne fait que subir, c'est son lot. Mais un jour elle se libérera de son joug et alors elle cessera de fumer, elle cessera de boire, elle cessera de financer les abattoirs sordides, elle cessera de polluer l'environnement, elle cessera l'inceste, elle cessera le vol, elle cessera de faire chier, parce qu'elle aura courbé l'échine au Mal. Son exemple sera si percutant que la droite se dessillera enfin les yeux. Contrainte par la posture de la gauche, elle devra se terrer et agir dans la discrétion. Depuis 45 ans Pierre Foglia travaille à La Presse et se défend de se faire dicter de temps à autre son billet par son capitaliste de patron, M. Desmarais, père ou fils. Aucun différent! J'en déduis qu'ils s'entendent, patron et employé comme larrons en foire.

 

«Pourquoi je vous raconte tout ça? écrit-il. Parce que vous commencez à me faire chier. Oui, vous, ami lecteur.» La femme de monsieur Desmarais n'aime pas ses chroniques avoue-t-il, à cause des jurons dont il les parsème: «Parce que je dis fuck, et parce que je parle de cul parfois». Pour ce qui est de son mari: «Au contraire, il me lit sans déplaisir», et de nous apprendre par un exemple existentiel que ce magnat de la finance sait aussi être sensible à la misère. Comme si un capitaliste ne pouvait fondre en coeur pour un pauvre hère dans le besoin!

 

Et puisqu'on lit Foglia avec délectation, tout est beau dans le meilleur des mondes: droite et gauche main dans la main. Dans ces cas-là, ce n'est pas ce que l'on écrit qui compte, mais ce que l'on tait, par convention ou conviction. C'est kif kif, du moment que le courant passe. Ce n'est pas pour rien que M. Foglia travaille depuis 45 ans au journal La Presse.

J'ai montée cette image en fonction d'un de ses articles dans lequel il se moquait de Dieu en parlant de sa «bite»...Mis à part le fait qu'il prenne son pied en nous gueulant à la face que le peuple est con, tradition récurrente chez les grands penseurs, depuis les Grecs en passant par Céline* et toute la période des deux derniers siècles, M. Foglia devrait savoir qu'il y en a qui le lisent et l'imaginent comme un conservateur de gauche qui aime sa vie, un gentilhomme bien adapté à son milieu. Ces lecteurs qui lui grattent le bouton se rendent compte de son idéologie libertaire, celui qui a déployé ses ailes durant l'engagement radical et laïque de sa jeunesse, mélange de marxisme, de matérialisme scientifique et de Peace and Love. Et nul besoin de citer des noms, on le croit sans peine. Les oiseaux de même plumage volent ensemble. En conséquent, je peux affirmer, sans risque de me tromper que Pierre Foglia, comme la plupart de ses collègues des médias, n'a pas contribué à l'essentiel pour éduquer la société québécoise (aujourd'hui, il suffit de regarder autour de soi l'état de la culture et de l'environnement**), mais a simplement fourbi les outils du matérialisme débridé, de la pensée unique et de la science moderne qui ont été si critiques et indifférents envers le savoir-vivre et le bon sens. J'en veux pour preuve de sa pensée ringarde, une de ses libelles, Les animaux. J'ai écrit quelques mots à ce sujet mais je devrais les compléter pour rendre le texte plus précis et clair. Il vient de m'en donner la volonté. Je vous invite à me lire ici:
Les animaux et Foglia. Ceci dit, je ne connais pas Pierre Foglia et je ne fais que donner de temps à autre mon opinion quand je trouve ses idées ou son raisonnement bêtes.

 

L'image: Je l'ai montée en fonction d'un de ses articles dans lequel il se moquait de Dieu en parlant de sa «bite»...

* Céline: Voyage au bout de la nuit

 ***L'état de la culture au Québec

 

Vous pouvez aussi lire ce qu'est être de gauche par Michel Onfray ici: link. Je vous donne à lire cet extrait: " Cette vie de gauche se mesure également à la capacité à partager, à donner de soi, de son temps, de son énergie, de son argent. Les pingres, les radins, les avares qui se lèvent systématiquement après un repas en commun seulement quand ils ont entendu le bruit de la machine ayant débité la carte bleue et protestent qu’ils ont été pris de court, ceux-là qui veulent le communisme pour la planète entière et en sont incapables pour la tablée de huit copains partageant les mêmes idées qu’eux, ne sont pas gens de gauche…".

Je me dis après ça que cette morale existe également chez la droite. Mais ces gens-là, de droite, ne savent pas qu'ils ne sont pas de droite...

Commenter cet article