Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

Ma femme m'a annoncé qu'elle voulait prendre des séances de bronzage. J'ai plus ou moins fait attention à son désir, mais je pouvais le comprendre. Plus jeune, elle a toujours été très belle lorsqu'elle était bronzée. Mais ce même jour, j'entends à la radio que des lobbyistes, au nom de la science, cherchent à interdire les salons de bronzage, du moins à les restreindre aux jeunes de moins de 18 ans. Selon eux, ils sont sources de nombreux cancers de la peau.

bronzage cabine

Chaque année, les dermatologues lancent une campagne virulente contre le bronzage "artificiel" pour mettre en garde la population. J'ai beau écouter année après année les arguments de ces spécialistes invoquant la science pour prouver le bien fondé de leurs inquiétudes, soutenus en cela par des animateurs convaincus et qui les font parler, je trouve leur démarche tout à fait ridicule. Une chose est certaine, c'est que la peur est une arme redoutable. Personnellement, si je dois partir en vacances pour une courte période, je préfère prendre des séances de bronzage en cabine. Pour ce qui est des enfants, je ferais la même chose pour eux. Je pense que ces soi-disant spécialistes ne font que créer de la confusion et ont d'autres motifs que l'intérêt véritable des gens. N'importe qui avec un peu de jugeote peut se rendre compte à quel point le soleil est dangereux et qu'il cause un mal absolument plus grand que les cabines de bronzage. Si je ne m'abuse, il y a des règles qui préviennent les consommateurs du danger qu'ils courent à trop s'exposer et les employés sont entraînés afin que tout se passe bien. Je ne connais pas une telle prévention proportionnelle sur les plages qui serait bien plus efficace que ces campagnes qui visent à éliminer les commerces de bronzage.

http://help.berberber.com/avatars/akiles.gif?type=sigpic&dateline=1324238984

Intervenant: Le problème de ces cabines est qu'elles émettent un rayonnement souvent bien plus important que celui du soleil. Elles ne préparent en rien votre peau, car elles émettent des UVA, or ce sont les UVB qui permettent un épaississement cutané. La raison pour laquelle le soleil cause plus de dégâts que les cabines UV est que ces dernières concernent beaucoup moins de monde. En Australie, pays de l'héliotropisme triomphant, le cancer de la peau fait de véritables ravages. Après chacun peut prendre ses responsabilités comme vous dites, mais lorsqu'il s'agit de santé public,il est normal qu'il y ait des réaction et des spécialistes qui se positionnent. Par ailleurs les campagnes de prévention contre les danger de l'exposition au soleil existent également et sont même assez courantes. En conséquence je ne pense vraiment pas qu'il y ait de lobby anti-cabines UV. Les premiers à s'être positionné pour une règlementation plus ferme de ces appareils sont les dermatos il me semble,et en la matière j'aurais tendance à leur faire plus confiance qu'aux commerciaux qui vendent ses appareils.
Bien cordialement,

Mali en train de se bronzer
     Elle a pris la photo pour vous  :-)

Je vous félicite pour vos interventions, particulièrement mister Devos. On voit que vous ne me connaissez pas, mais j'apprécie votre intrépidité en ces temps de désolation dialectique. Voir mon message sur les libres penseurs, dans ce même forum. Cela dit, je vais vous apprendre bien des choses sur le bronzage. J'espère que vous m'en serez reconnaissant, et que vous percevez mon humour.

Dans un salon de bronzage, vous êtes exposés à deux sortes de rayons, et non seulement ceux qui grillent en surface, comme vous le supposez. Quand vous vous installez dans ces appareils, c'est pour bronzer, pas pour griller. Cruciale différence. La procédure est semblable à celle au soleil sur la plage, on ne bronze pas en une exposition, mais sur plusieurs jours, durant des temps limités. Sinon on se prend un coup de soleil grave. Et c'est là que réside principalement le danger du cancer. Donc, quand on se rend dans un salon de bronzage, on se prend préférablement un abonnement qui comprendra au moins six séances, si c'est seulement pour se donner un teint (vous paraîtrez moins fou en maillot de bain, tout blanc comme un linge). Ensuite il faut prendre en considération le type de peau. Il y a des machines différentes pour des peaux différentes, plus ou moins sensibles. C'est la responsabilité de la personne qui gère le commerce de vous conseiller l'appareil qui vous convient le mieux. Au Québec, les employés sont formés (professionnellement, je crois) pour vous conseiller. Par exemple, la règle importante # 2 (la première consiste à se protéger les yeux) est de ne -jamais- rougir. Pour cela, si vous ne désirez pas un bronzage trop fort, vous exigez des lampes qui bronzent en profondeur et non superficiellement. La qualité du bronzage est de loin supérieure et durera plus longtemps. Si vous brûlez, vous pouvez porter plainte et des sanctions seront portées contre le commerçant. D'une façon ou d'une autre, c'est une chose trop grave au Québec pour que ce dernier soit négligeant. Mais un salon de bronzage, parce que c'est dangereux, tout comme une voiture est dangereuse si le mécanicien n'est pas sérieux, se choisit. Il y en a de bons et de moins bons.

Voilà quelques réponses rapides qui me sont venues en vous lisant. Il y a beaucoup plus à dire. Mon point principal, c'est qu'à mes oreilles, ces interventions dans les médias sonnent plus comme des campagnes de peur que de prévention. De là ma critique envers cette posture scientifique qui raconte n'importe quoi au nom de la science puisque les gens ne comprennent pas vraiment le problème. Ces scientistes ne font que marteler le danger du cancer sans expliquer qui l'attrape; par exemple qu'elle est la proportion de ceux qui en sont atteints à cause d'expositions au soleil ou à cause des cabines. On peut facilement deviner que ce sont les plages qui fournissent le plus grand nombre de cas, la grande majorité. Un enfant en bas âge est extrêmement sensible et il se prend régulièrement des coups de soleil. C'en est même très souvent dramatique. Les risques qu'un tel enfant se voit affligé d'un cancer de la peau sont énormes lorsqu'il atteindra l'âge adulte, surtout à notre époque de pollution extrême tous azimuts. Il y a aussi ces fous du soleil qui sont très nombreux. Ils passent des journées entières à se griller, ou comme en Australie à surfer (Pourquoi nous cite-on l'Australie et pas la Californie ou Hawaï? Peut-être parce que les Australiens sont plus nonos…) Eux, ces gens qui sont tout nus toute la journée, ont de grandes chances de finir avec un cancer de la peau, mais ils s'en foutent royalement. Jusqu'au jour fatal où ils l'apprendront. Quand on chiffre le nombre de cancers de la peau sans prendre en considération des statistiques calculées scientifiquement, et que des dermatologues nous rabâchent les oreilles avec le danger des salons de bronzage, qui sont conçus pour fonctionner professionnellement, je ne trouve qu'une autre occasion de me moquer de la science, comme elle est entendue et pratiquée.* Parce qu'il suffirait simplement d'exiger plus de sérieux de la part de cette industrie, plus de responsabilité au cas où les gérants seraient négligents au lieu de jeter un voile d'ignorance sur la population déjà assez ignare et de réclamer carrément la fermeture de ces commerces, comme c'était le cas il y a quelques années; en tout cas de leur rendre la vie si dure qu'ils tombent en faillite.

PS. Par expérience, ma femme et moi savons que lorsque nous sommes bronzés grâce aux appareils, nous jouissons d'un meilleur séjour en vacances, surtout dans les premiers jours. (Cela fait cependant des années que je ne me suis pas rendu dans un de ces lieux.)

 

Liens sur mon blog à ce sujet:  Science et vie éternelle

Histoire sérieuse mais drôle
L'anachisme en philosophie

Commenter cet article