Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

 

le train du boson de Higgs

Le truc de la science a toujours été de chercher à clouer le bec à Dieu par la découverte du mécanisme qui fait tourner le monde et donne la vie. Une vie synonyme également de malheurs, maladies, faiblesses, vieillesse et mort. Depuis l'époque des Lumières, philosophes et scientifiques se sont attelés corps et âme à trouver la clé du mystère de la création. Ils ont cru dur comme fer à l'illusion de l'Évolution -selon les modèles des espèces qui se transforment de l'amibe jusqu'au surhomme- et au fantasme de l'Immortalité. Grâce à ces mythes, ils entraînent les sociétés toutes entières. Or celles-ci ne sont pas toujours faciles à mener, surtout que la science est un domaine en lui-même mystérieux et extrêmement gourmand en argent, ce qui implique d'autres conséquences, non moins opaques, reliées à cet élément. Afin d'accroître leur crédibilité, les scientifiques se servent de la religion monothéiste, genre créationnisme de la Bible -c'est-à-dire les Écrits juifs-, pour mieux appuyer leurs réfutations et imposer les nouveaux exploits, en l'occurrence le boson de Higgs. Par cette démarche, ils réactivent le mythe de l'Homme prévalent au XVII et XVIII siècle et prenant son destin en main, tout en faisant un pied de nez aux religieux d'aujourd'hui. Dociles et ignorants (de toute façon, au moment des déclarations positives sur l'expérience du boson de Higgs, pas grand monde ne sait exactement en quoi consiste cette découverte, si elle en est vraiment une, si elle est cruciale et qu'elle sera son application), les esprits confondus se dépêchent de trouver un wagon pour le raccrocher au train qui passe. Et le peuple, craignant de ne pas trouver de place, se dépêche de poinçonner son billet. Le train, lui, roule sur les rails du progrès et laisse sur son passage un paysage de désolation.

Liens en relation: Débat sur la notion de race
Radio-Canada et les Lumières de la Science
Histoire sérieuse mais drôle

Commenter cet article