Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

Nous rappelons que cette narration, concernant la bataille de Kurukshetra, et seulement la bataille, est racontée par Sanjaya au roi Dhritarastra. Car par le pouvoir de clairvoyance que lui conféra Vyasa, Sanjaya pouvait ensuite raconter par le menu le déroulement des faits d’arme sur le terrain, Grâce à ce pouvoir, il se rendait partout sans difficulté, même dans le mental des gens; il pouvait savoir ce qu’ils pensaient et ce qu’ils désiraient. En outre, il était impossible de le repérer et aucun mal ne pouvait lui être infligé. Mais Dhritarastra ne voulait pas entendre ce qui mettrait à mal son cœur déjà si souffrant. Il voulait rester, contre vents et marées, contre tous les verdicts apocalyptiques de ces derniers jours, sur le bien fondé que renvoyer les Pandavas dans la forêt aurait été la meilleure chose à faire. Il préfère chérir l’idée que ses fils ont gagné le premier round, et que c’était un bon signe pour le futur. Il est pris de remords néanmoins à la suite de ce qu’il vient d’entendre de la bouche de Sanjaya et lui dit : Je suis heureux et rassuré que le fils de Virata, Shveta, soit mort, il ne pourra plus faire de mal à mes enfants. C’est terrible ce qui nous arrive-là, cela nous a coûté tant d’hommes et d’animaux ! Au moins nous avons vaincu et c’est ce qui compte. Je ne m’attendais pas, malgré tout, à ce que cette guerre ressemble à un grand jeu aux résultats si imprévisibles. En fait, Gandhari me l’avait dit, elle n’en voulait pas de cette guerre. En plus, de leur côté, les Pandavas et Krishna étaient sincèrement prêts à un compromis pour l’éviter. C’est mon idiot de fils qui nous a tous contaminés avec ses idées sournoises et malsaines. Je doute fort maintenant que mes garçons sortent sains et saufs de ce conflit fratricide.

Et Sanjaya de répondre : Mon Seigneur, pourquoi rejeter le blâme sur les autres ? Pourquoi faire de votre fils ainé le bouc émissaire ? À navire rompu, tous les vents sont contraires. Vous portez sur vos épaules, jusqu’en votre âme et conscience, la plus grande part de cette responsabilité politique. Vous ne leurrez personne, tout cela est arrivé par votre consentement. Vous avez toujours eu le choix de juguler les inimitiés ou de jeter de l’huile dessus, tout a toujours dépendu de vous, en première et en dernière instances. Quelle est l’utilité de construire un barrage sur une rivière asséchée ?! Vous avez toujours demandé qu’on ne vous montre pas la vérité nue, mais en chemise. Il arrive un temps, cependant, où il n’est plus possible de se détourner de la réalité et de l’ignorer, la vie n’est pas le jeu de notre imagination comme le trompettent libertaires et gens sans scrupule; si vous vivez d’illusions vous mourrez de désillusion. Dites-vous bien, Seigneur, que si vous le désirez vraiment, vous pourriez stopper cette guerre sur le champ, il n’est pas trop tard, demain tout le monde pourrait rentrer chez soi. Krishna, Vidura, Bhisma, Drona, Kripacharya et tant d’autres vous seraient mille fois reconnaissant pour cette décision. Que votre fils aille au diable! Dès sa naissance Vidura vous a dit de vous débarrasser de ce monstre, mais vous ne l’avez pas écouté; vous et la reine, vous avez décidé de n’en faire qu’à votre tête. Seigneur, les temps ont changé, les Pandavas ne se laisseront plus dicter leur conduite et Bhima se languit de régler ses comptes avec vos fils. En ce moment même, il ronge son frein dans l’attente de les massacrer. Mais combien de fois vous a-t-on prédit ce malheur ? Gagner une bataille ce n’est pas gagner la guerre et le dharma est en train de vous rattraper : ce n'est qu'une question de jours ou de semaines avant que Bhima ne mette son plan à exécution.

En ce moment même, alors qu’il se trouvait assis au pied du roi, pendant que le roi est plongé dans ses pensées, Sanjaya s’est rendu en un clin d’œil dans le camp ennemi. Sous la tente royale, les grands sont en train de se consulter et de prendre des décisions. Yudhistir a l’air soucieux et ne dit mot. Bhima ne cesse d’aller et venir et de taper son poing dans la paume de sa main à chaque fois que dans son imagination il rencontre un de ses cousins haïs. Krishna est là également, ainsi qu’Arjuna et les jumeaux; ces deux là sont postés devant l’entrée de la tente et la surveillent; personne ne doit les déranger ou entendre ce qui ce trame.

Mais Sanjaya est là, il écoute.

C’est Yudhistir qui le premier brisa le silence : Quand les grands se battent les petits souffrent. Krishna, as-tu vu la férocité avec laquelle Bhisma s’est comporté? Que lui a-t-on fait ? Je suis pourtant allé le voir hier et il m’a dit qu’il nous bénissait. Est-ce cela qu’il appelle « bénir » ? As-tu vu comment il a abattu des milliers de soldats sans montrer aucun signe de miséricorde? Je vous préviens, si nous ne trouvons pas une parade à cette furie destructrice, il va abattre un par un nos meilleurs hommes, comme il l’a fait avec Shveta. Non, je crois qu’il vaut mieux arrêter cette guerre et épargner toutes ces vies, même s’il est un peu tard. Arjuna est là, bien sûr, mais il n’y met pas du sien… Seulement Bhima m'apporte du réconfort, il me soulage de l’anxiété qui me ronge. Il a presque mis Bhisma dans l’impossibilité de lever la main sur nous. Si ce n'est le fait qu’il est quasiment immortel, grâce au don qu’il a reçu des dieux, c’est-à-dire de ne mourir que lorsqu’il le décidera, mon frère l’aurait envoyé dans l’autre monde. Si Arjuna avait autant de zèle que lui, les choses auraient pris une autre tournure. Mais toi, Krishna, tu es Yogesvara ( le Maître de tous les pouvoirs ), tu pourrais, si tu le désires, créer sur le champ un héros qui empêcherait Bhisma de nous terroriser, ne vois-tu pas l’urgence, n’est-ce pas le temps de te décider ?
–Ne t’en fais pas, mon frère, répondit Krishna. Et surtout ne crains rien. Il est normal que les circonstances ne soient pas toujours en notre faveur. Il faut garder à l’esprit que les pertes sont inévitables durant les conflits de ce genre, mais tant que je suis là, ainsi que tes frères, la victoire finale te reviendra. N’est-ce pas Shikandi qui permettra d’en finir avec Bhisma, selon l'oracle ? Cesse de te ronger les sangs, les choses vont se faire, tout va arriver au bon moment.

Pour lire les événements de cette première journée de bataille :

L'adresse de l'image : http://bharatdiscovery.org/w/images/3/39/Sanjaya-Dhritarashtra.jpg

L'adresse de l'image : http://bharatdiscovery.org/w/images/3/39/Sanjaya-Dhritarashtra.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article