Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

Ce que l’on apprend à lire et à étudier le Mahabharata, qui traite de l’histoire ancienne de l’Inde, de la plus grande des civilisations ayant jadis existé sur la surface de la Terre de mémoire d'homme, c’est que cet ouvrage, malgré les sciences, les arts, la philosophie et la présence manifeste de Dieu, et des dieux chargés des éléments de la nature matérielle, comme le vent, la pluie ou le soleil, et bien cet ouvrage ressemble à un gigantesque arbre chargé de fruits mûrs et trônant au milieu d’une forêt profonde où les âmes bornées ne s’y aventurent jamais : le Mahabharata est la preuve vivante, sociale, métaphysique et psychologique que le savoir et la connaissance sont curieusement des matières peu goûtées par nos contemporains, et cela en dépit de la profusion des médias qui offrent 24 heures sur 24 des contenus informatifs et gratuits à la portée de tous.

« Dans ce cas, au moins, le motif de l'inefficacité de l'information se comprend. Ce peut-être par suite d'un calcul somme toute rationnel qu'on s'abstient d'utiliser ce que l'on sait. Car il existe des circonstances fréquentes, dans la vie des sociétés comme dans celle des individus, où l'on évite de tenir compte d'une vérité que l'on connaît fort bien, parce que l'on agirait contre son propre intérêt si l'on en tirait les conséquences. » Jean-François Revel, La connaissance inutile.

Les Pandava devront cependant quitter le palais pour s’installer ailleurs. Krishna-Mahabharata

Légende pour l'image : Kuru était un roi qui gouvernait toute la Terre. Plus tard, Bhisma deviendra l’héritier de cette dynastie mais il repoussera la royauté, qui donc lui était due, et ne se mariera jamais. Je raconte son histoire ici : . Par un concours de circonstances plutôt inhabituelles, Vyasa sera le père de trois futures personnalités : Dhritarasta, Pandu et Vidura. Pandu aura trois fils par Kunti et deux par Madri. Le Mahabharata ne parle pas de la famille de Vidura. Il est respecté par le roi et les membres de la cour pour sa sagesse. Il est aussi l'intime conseiller du roi, l'un de ses ministres. Il est un parent dédié aux Pandava et leur protecteur, dans la mesure de ses moyens... Son père est bien Vyasa, mais il est né d'une servante. Cette naissance désavantageuse en milieu monarchique lui a enlevé toute possibilité d'accéder à la royauté. Même aveugle, son frère Dhritarastra fut privilégié. Jamais personne ne remit cela en cause.

Les premiers signes de déclin ou les symptômes d’un changement de yuga (ère).
C’est à la sortie de l’adolescence que les Pandava sont confrontés à l’animosité de leurs cousins. À leur tête se trouve Duryodhane. Leur père, Dhritarastra, est devenu roi par procuration en attendant que Yudhistir, le fils de Pandu et de Kunti, l’aîné de tous, soit en âge de gouverner le royaume, selon son droit légitime. Tout le peuple s'attend à ce qu'il monte sur le trône au moment voulu, sauf Duryodhane.

Les Pandava devront quitter le palais pour s’installer ailleurs. C’est sous la pression de la famille royale que Bhisma, suivi quelque peu par Drona (qui ne dit mot consent), deux figures morales et centrales de la dynastie des Kuru, décide de diviser le royaume en deux; une partie ira pour les fils de Dhritarastra et l’autre, la moins riche et la moins développée, pour les Pandava. Ces deux piliers du dharma commettent ainsi une brèche dans leur devoir et par conséquent entachent la pureté des principes religieux et éthiques auxquels ils sont liés et pour lesquels ils étaient jusqu’alors des modèles indéfectibles. C’est la première fois chez ces deux, et particulièrement dans la longue vie de Bhisma, que les effets négatifs de la politique de la cour prennent sur l’impartialité et la renommée de leur sagesse.

Les Pandava devront cependant quitter le palais pour s’installer ailleurs. Krishna-Mahabharata

Les Pandava s'en iront donc dans leur nouveau royaume, encore à l'état sauvage, et où ils devront tout construire. Mais ils seront accompagnés par Krishna et Vyasa, ce qui en soit en dit long sur leur destin. Ce qui est clair pour les uns, ne l'est pas nécessairement pour les autres. L'évidence ne s'achète pas, elle est une intuition qui dépend d'une disposition du coeur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article