Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Il suffit de regarder de plus près pour s'en convaincre, au-delà du sang, des corps déchiquetés, du barrissement des éléphants, des chars et des escadrons qui courent à leur perte comme des insectes se jettent dans le feu. Il est vrai cependant que le bruit des armes et l'horreur prédominants sur le champ de bataille n'y aident pas, seuls les êtres exceptionnels échappent à cette confusion et savent distinguer le grain de l’ivraie. Narada, Vyasa, Vidura, Krishna, et même Bhisma, sont là pour nous le rappeler. Qui a raison et qui a tort ? Qui ira en enfer et qui ira au paradis ? La guerre était-elle nécessaire ou aurait-elle pu être évitée ? Krishna a-t-il désiré cet abominable conflit ou s'est-il enclenché malgré lui ? N'est-il pas celui dont pas un brin d'herbe ne bouge sans son consentement ? Plusieurs choses demeurent incontestables : Yudhistir ne voulait pas de cette guerre et il possède haut la main toutes les qualités de roi pour diriger le royaume; Krishna est respecté de tous pour sa mystérieuse puissance, il est le plus souvent identifié par les protagonistes du Mahabharata à Dieu, en outre, et cela est significatif, il est du côté des Pandavas; le roi aveugle, Dhritarastra, est sous les griffes de son fils aîné et ce n'est pas de sa personne ni de son fils qu'aurait pu venir la résolution du conflit; sa femme, Gandhari, dès le premier jour de la naissance de cette progéniture démoniaque, Duryodhane, a montré son excessif attachement envers lui; Karna aurait pu faire la différence mais son égo démesuré de kshatriya frustré lui a fait sauter le fossé; avait-il déjà un pied dedans à sa naissance ? Lui-même se considère tel un homme de mauvaise fortune et il semble que rien ne pourra apaiser cette injustice qu'il sent pendre sur sa tête comme une épée de Damoclès.

Notes : On remarquera toutefois que nous sommes arrivés au cinquième jour de la guerre et qu'Arjuna n'a toujours pas éliminé l’Aïeul comme promis. Pourtant Krishna s'était fâché contre lui pour son manque de détermination à le tuer. Mais, sérieusement, qui peut enlever la vie à Bhisma ? Seul Krishna, d'après le témoignage de Bhisma lui-même, en est capable, mais il ne l'a pas fait, à son grand désespoir. Ce héros d'entre les héros considérait cet acte comme une bénédiction; il en avait plus qu'assez de la vie.
 

Suite : 
Le texte précédent :  

Prologue au cinquième jour

Commenter cet article