Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

Philosophie Magazine, dans un dosiser intitulé "Je suis ce que je mange", pose la question à Michel Onfray : L'alimentation n'est-elle pas le seul domaine où vous, l'athée militant, concédez que les religions ont inventé des choses positives : le café des musulmans, le thé des boudhistes, le chocolat des Aztèques, la bière des moines trappistes ?

M.O. : Ce sont moins les religions en tant que telles que des inventions de religieux qui menaient une vie de méditation, certes, mais aussi une vie concrète inscrite dans le détail concret du monde : il fallait subvenir aux besoins de la communauté, s'occuper d'un potager pour obtenir fruits et légumes, entretenir un jardin des simples pour prévenir la maladie ou les guérir, et assurer ainsi l'autonomie de la communauté. [...]

Michel Onfray fait la promotion du végétarisme bien qu'il ne le soit pas lui-même. "Je ne mange pas de viande, sauf quand on m'en offre", explique-t-il. Selon ses critères, il est végétarien. Il comprend en tout cas, que la tendance est à la protection des animaux et de la nature. Comment peut-on être philosophe sans défendre ces causes en vogue? Mais d'où vient cette idée du végétarisme, quel peuple a imaginé ce régime alimentaire et pourquoi ? Je ne l'ai pas encore entendu se prononcer là-dessus. Ce qu'il fait par exemple, c'est qu'il prend cette idée du végétarisme au vol et s'attribue le mérite, en tant que "le plus important philosophe des Français" et en tant qu'athée. Nous serions arrivés à un développement de l'humanité où il faut cesser de tuer et de faire souffrir les animaux... C'est tout. Son discours à ce sujet est plein de confusion et de contradictions, utopique et idéologique, mais comme il est le philosophe tout roule comme sur des roulettes.

Il termine ainsi l'interview: "C'est l'une de mes contradictions : sur le papier, j'adhère totalement au discours qui conclut à la nécessité du végétarisme. Dans la vie, je ne peux me passer dans ma cuisine des poissons, des crustacés, de la viande... Je ne cuisine jamais de viande pour moi, je n’en mange jamais quand je suis seul, mais je la prépare pour mes amis et j’en mange avec eux. En revanche, je suis un passionné de poissons et de fruits de mer. Mais j’ai une fois ouvert mes homards vivants avant de les griller à la cheminée, je ne recommencerai plus…"

Le lien : Banquet avec Onfray

Et encore, sur ce blog : Si manger de la viande est bon, pourquoi s'en priver ?
Franz-Olivier Giesberg: Manifeste pour les animaux
Foglia: Phoque et rephoque

Ne faites pas cela à vos enfants!
La viande voit rouge




ou :

 

Commenter cet article