Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

Ce texte fait suite à une critique concernant un groupe pro-science, anti-religion et divinité, dont vous pouvez lire la première partie ici: Science et croyance sur le net 

les sceptiques du QuébecAvant d'aller plus loin, je dois vous dire qu'il y a tout de même des gens qui pensent sur le forum des sceptiques. C'est pas fréquent pour un site généraliste, car l'exercice exige beaucoup de connaissances (et d'humilité) lorsque le jeu devient serré. Il n'en va pas de même pour les spécialisations que sont la littérature, les sciences ou l'économie. Sur les forums généralistes on doit pouvoir parler de tout. Alors faut voir le résultat! Le plus souvent, c'est catastrophique.

Chez les sceptiques, comme je disais plus haut, c'est instruit. Mais Dieu, qu'ils sont bagarreurs et hargneux! La focalisation sur le créneau scientifique comme référence absolue, à défaut d'autres approches jugées incompatibles avec la raison, est donc leur grande faiblesse. Ce cloisonnement limite leur champs de la réalité objective. Normalement, ça peut passer encore, mais eux, ce sont des militants, ils sont pour la rectitude de la pensée. Tout comme le croyant, il y a un seul chemin et c'est le leur, la Science! Ils ont choisi cette voie parce qu'elle est, selon eux, conscience créatrice du futur de l'homme. Ne leur parlez pas d'idéologie, ne leur parlez pas d'utopisme, de croyance ou de non-sens! non, eux, ils sont immunisés contre ces dérives de l'esprit; ils ont la Science pour les backer et les rendre invulnérables aux préjugés et aux superstitions.

 

http://jssnews.com/wp-content/uploads/2012/07/particulededieu.jpg
La particule de Dieu :
le Boson de Higgs, la particule de Dieu


Il y a deux personnes que je voudrais mentionner pour leur modération et leur raisonnement intelligent, cela, malgré leurs tempéraments sensibles et que je sois à des années lumières de leurs idées. En premier lieu, il y a Pupille qui s'adonne à la psychanalyse de l'écriture et brosse mon portrait: «Je pense que Laziz espérait un espace pour exposer sa philosophie tant au sens figuré que pratique. Une sorte de vernissage sur forum. Vous pouvez lui ouvrir vos portes et vous faire critiques d’art ou non. C’est votre galerie et vous demeurez maîtres des lieux. Bonne suite. »

Je trouve ça sympa. Et puis on voit qu'il aime, comme moi, l'écriture, parler à travers les mots imprimés et justes. Pour répondre brièvement à la question posée par certains membres qui ne comprenaient pas la raison de ce flot de textes sous ma plume, voici une des explications possible: dans ma jeunesse, j'ai eu un maître qui m'a conseillé d'écrire ou de parler pour les arbres et les animaux si personne n'était disponible, et, au pire, aux murs. Ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, et si feu mon guru peut être fier d'une chose là où il est, c'est bien cette disposition de ma part pour la littérature. Je vous invite à lire cette présentation de Pupille sur ce fil de discussion. link (texte qui a été transformé depuis, avec une date de modification erronée?!)

http://activephilosophy.files.wordpress.com/2009/09/liberat1.jpgIl y a encore un autre message intéressant de Pupille, dit le païen (c'est ainsi qu'il signe ses deux textes, avec cette image accolée):

Étrangement, bien que ses messages contiennent des idées songées, personne ne s’est donné la peine de lui répondre…Bienvenue chez les sceptiques ! Par contre, si vous, lecteurs qui lisaient ces lignes, déchiffrez mieux que moi cette énigme, tel à un éléphant blanc dans un couloir, please, voici l'occasion de partager votre intuition ici. J'ai, bien sûr, répondu ainsi à la description qu'il faisait de moi dans son introduction, différente de celle citée à l'instant; la voici: «Je pense que Laziz aimerait parler de l’évolution de la conscience aux travers les âges, les cultures, les époques et non pas d’évolution de l’espèce, qui selon lui, est et a toujours été immuable. Si je comprends bien, Laziz parle de mettre l’art (la conscience et les créations de l’esprit) au service de la science qui ne sera toujours que l’expression matérielle de nos limites atteintes. À lui de confirmer mon impression.» Je corrige donc: «Vous avez tout faux. Ce n'était même pas intéressant ce portrait tiré de votre boule de cristal. Et vous n'avez pas compris ma position sur l'art dans ce contexte. En plus, j’ai écrit -sous-entendu- que les scientifiques utilisent l'art ou que l'art utilise les sciences, d’une façon ou d'une autre, on triche, c'est la définition de l'art. » Apparemment, il a mal pris le mot tricher car il va le souligner dans sa réponse et ajouter un *: «D’accord, d'accord, continue-t-il, maintenant c’est beaucoup plus clair. J’ai l’impression que la véritable œuvre d’art que vous tenez à exposer au premier plan, c’est vous-même. Vous êtes une perle au sein d’une humanité porcine grossière. En ce qui concerne votre croyance en votre Dieu personnellement défini, je réemprunte cette pensée à un autre internaute qui sied très bien à votre présentation ; ‘‘l’adoration de Dieu est une bien subtile adoration de soi.’’ Je crois que vous n’avez pas aimé mon décapage vernissage. Je n'insisterai pas.
 

* L’astérisque en question, pour précision : Le surnaturalisme, une réponse philosophique passe-partout vis-à-vis l’inexpliqué/l’inexplicable.»

 

fakir doré akiles art
Moi, déguisé en fakir

J’aurai personnellement défini Dieu ? Il est fort, car je n’ai jamais tenté une telle entreprise farfelue. Cependant, je dois avouer qu’il touche un point sensible. Je suppose qu’il a dû visiter mon site Web pour en arriver à cette induction. D’autres ont tenté de me décrire avant lui, mais ils n’arrivaient pas à sa cheville. Contrairement à ce qu'il pense, le truc sur le vernissage, j'avais trouvé ça Je n'y avais même pas pensé, mais c'est bien trouvé. J’en ai fait un autoportrait. tiré des visions de sa boule de cristal; elle a des propriétés non négligeables. tout compte fait.

Comme il a placé un astérisque pour souligner le surnaturalisme dont je serais affecté, je pose le mien, *. Il s'agit du témoignage de Paul Feyerabend dans Adieu la raison : «Dans son ensemble, l’entreprise scientifique semble beaucoup plus proche des arts que les vieux logiciens et philosophe des sciences (dont moi)… » Et, à la page suivante, il ajoute : «Tout ce que j’ai eu à faire pour étendre ces arguments aux sciences fût de prendre conscience que les scientifiques, eux aussi, produisent des œuvres d’art –la différence étant que leur matériel, c’est la pensée, et non la peinture, le marbre, le métal ou le son mélodieux. » À ce que je sache, Feyerabend n’est pas un surnaturaliste, selon la définition que donne Pupille. Je pense, quant à moi, que ce mensonge, cette tricherie, cette illusion -l’art, est une composante inhérente à la vie, à l'histoire du monde, et que les dieux, de tout temps et de tous lieux, ont exploité cette dimension magique pour guider ou tromper les hommes. Serait-ce là une réponse philosophique passe-partout vis-à-vis l’inexpliqué/l’inexplicable ?

Paul Feyerabend dans Adieu la raison-citation

Lien en relation :
 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article