Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

http://www.bedetheque.com/Couvertures/Couv_10428.jpgDans une bibliothèque publique, j'achète, sans vérifier leur contenu, quelques BD soldées pour offrir à des adolescents. Le lendemain, j'ouvre l'une d'elles, intitulée Léon-la-terreur fait des vagues, à la première page et –bang! des bites en érection, un couple nu sur une couverture en train de se sucer (Léon passe à côté et jette une pièce de monnaie dans la casquette mise à cet effet), plus loin un ménage à trois où un homme est agenouillé léchant le pénis d'un partenaire pendant qu'un autre est en train d'ajuster sa verge pour la rentrer dans le cul de celui-ci.

Incrédule, mais non satisfait de ce que je vois, je saute à la dernière page par curiosité et je trouve le héros, Léon, en train de se torcher le cul, en gros plan sur toute la page, avec du papier journal plein de merde...

Tout cela, dans un album mêlé à la section jeunesse. Et l'on se demande pourquoi le monde va si mal! En vérité, je crois que la plupart des gens, aujourd'hui, ne se demandent rien du tout ou, du moins, ne se posent pas la question de ce point de vue. Beaucoup même vous répondront, en haussant les épaules, que ce sont là des préoccupations de moralistes. On a instruit le monde à se « chier ben raide » de la morale depuis que Sade est enseigné dans les écoles supérieures comme étant le génie ayant révolutionné la compréhension des rapports humains au bénéfice de leur épanouissement. Et n'en doutez pas, il est publié dans l'édition littéraire la plus prestigieuse, la Bibliothèque de la Pléiade! Après tant de tergiversations, la fin du XXième siècle a enfin reconnu sa grandeur! Paraphrasant le marquis de Sade, puis le citant, Octavio Paz, Prix Nobel de littérature, écrit, sans pour autant endosser pleinement son libertinage violent, du moins je le pense et le souhaite : « Si venaient à disparaître les lois comme les religions, les prêtres, les juges et les bourreaux, l'homme, enfin, pourrait se réaliser. Tout serait permis : l'homicide, le vol, l'inceste, les plaisirs interdits et les passions maudites. Pour l'heure, les nations prospèrent et se préservent par la guerre, « et rien n'est moins moral que la guerre. . . Je me demande comment on parviendra à démontrer que, dans un état immoral par ses obligations, il soit essentiel que les individus soient moraux? Je dis plus: il est bon qu'ils ne le soient pas »*.

J’ai écrit « je le pense », car je souhaite laisser subsister un doute puisque, dans son poème consacré au marquis de Sade, Octavio Paz s'adresse à lui ainsi :
«. . .
Toi, qui te dressais contre tous,
à présent tu es un nom, un chef, un étendard.
[---]
Ose donc :
sois l'arc et la flèche, la corde et le râle.
Le rêve est explosif. Éclate. Redeviens soleil.»

Il est vrai que ce poème a été écrit en 1947 lorsqu'il vivait à Paris, mais, dans une édition récente datant de 1993, il réitère son "enthousiasme" par ces paroles : « Je me suis efforcé de récapituler ce que j'éprouve devant son œuvre, ce que m'inspire sa personne. »

http://image.toutlecine.com/photos/j/u/s/justine-de-sade-1971-01-g.jpg http://image.toutlecine.com/photos/j/u/s/justine-de-sade-1971-06-g.jpg

Justine de Sade Séquence du film

La morale! s’exclame-t-on urbi et orbi, que l’on cesse de nous rabattre les oreilles avec ces apories des vieilles lunes alors que nous possédons le soleil de Sade pour illuminer notre jeunesse!

Tout va très bien Madame La Marquise, votre mari se porte on ne peut mieux. J'en veux pour preuve le gouverneur général du Canada récompensant de sa médaille d’or une thèse sur le marquis de Sade! Et le secrétaire de la Faculté des études supérieures (FES) annonçant que le prix de la meilleure thèse en sciences humaines va à une analyse littéraire des Cent vingt journées de Sodome et des trois Justine de Sade.

_______________

*Un au-delà érotique : le marquis de Sade. Gallimard
Pour lire la présentation
d'Emmanuelle Sauvage qui remporte le prix de la meilleure thèse et la médaille d’or du Gouverneur général. : link

Liens en relation : Octavio Paz : spéculations sur l'origine de l'Inde
Histoire, l'âme noire suivie de l'âge noir
Picasso en défenseur du sexe faible
L'état de la culture au Québec (grave )
Sexe à gogo ou sexe maîtrisé ? Pour ou contre...

Commenter cet article

Maorudiji 06/05/2014 18:46

Merci pour votre commentaire. Oui, bien sûr que j'ai lu quelques livres, sans jamais les terminer. Des vies extraordinaires, l'histoire nous en a laissées bien traces sous forme d'écrits. "Il faut visiter plusieurs marchés pour savoir lequel est le meilleur." Bien à vous, Laziz

nathalie 06/05/2014 18:40

C' est un très intéressant article et j' adhère à la plupart de vos idées. Mais vous êtes-vous renseigner sur le Marquis de Sade ? Car un écrivain n' est pas forcément seulement ce qu' il écrit. Derrière son écriture, il y a un homme. Et cet homme peut être un mélange de souffrances, de regrets,... que peu de bonheurs, de joies ont égayé la vie. Voila un un de Sade.
Sa vie a été " extraordinaire ", personnellement, j' ai été touchée par l' enfant qu' il a été, puis par l' homme blessé... Pour moi, les écrits de Sade sont des cris de douleur... Pas forcément sadiques...
Dans tous les cas, j' ai été ravie d' échanger avec vous et vous remercie de m' avoir communiqué votre blog