Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Laziz

soucoupe volante_ Projet Colorado« Oui, il existe des phénomènes que la science
n'est pas à l'heure actuelle en mesure d'expliquer. »

« Depuis les premiers déferlements de soucoupes, en 1947, le phénomène ovni préoccupe, qu'ils l'avouent ou non, scientifiques et responsables, tant politiques que militaires. Et la divulgation d'informations controversées, tel le célèbre Rapport Condon, n'a depuis fait qu'aiguiser davantage la curiosité et les doutes... Laurance S. Rockefeller, un mécène, a voulu en avoir le coeur net. Il a donc demandé à l'un des astrophysiciens américains les plus éminents, Peter Sturrock, de réunir un panel de scientifiques de haut niveau, parmi lesquels quatre Français, pour faire le point sur cette énigme. D'une extrême rigueur, cette synthèse n'a pourtant rien d'ennuyeux : on y rencontre des chercheurs passionnés - comme Jacques Vallée, le "Frenchman" du célèbre film de Spielberg, Rencontres du troisième type -, qui dissèquent les cas d'ovnis les plus frappants des cinquante dernières années. La réponse des scientifiques réunis par Sturrock est on ne peut plus claire : oui, il existe des phénomènes que la science n'est pas à l'heure actuelle en mesure d'expliquer. » Lu sur le Web.

Autre passage provenant d'une critique positive dans Le Figaro : Face à un sujet aussi controversé que les ovnis les scientifiques évitent en général de s'exprimer en public, de peur de passer pour des soucoupistes fumeux croyant aux petits hommes verts. Cela n'a pas effrayé l'astrophysicien britannique Peter Sturrock, qui a osé aborder le sujet dans un livre rigoureux : La Science face à l'énigme des ovnis (1), dont la sortie aux États-Unis a fait l'objet de beaucoup de commentaires. « C'est la première démarche scientifique rigoureuse menée à ce niveau depuis des années sur le domaine des ovnis, commente Pierre Lagrange, sociologue des sciences. Sa démarche scientifique sur le sujet est saine. »

« Là où l'on sait que le secret existe,
on ne peut pas être absolument sûr que l'on sait toute la vérité. »

la science face à l énigme des ovnisCe livre est le fruit d'un travail par un groupe de chercheurs distingués du Projet Colorado, dans les années 60. Ils étaient chargés de faire toute la lumière sur les surprenants témoignages concernant les ovnis. Le reporter scientifique du New York Times Walter Sullivan fit une critique élogieuse de ce rapport dans l'introduction parue en librairie en 1969 : « C'est un fait remarquable que, malgré l'immense intérêt du public pour les ovnis, les poids lourd de la science ne s'étaient jamais prononcés sur le problème. Maintenant, pour la première fois, une étude scientifique à part entière est menée à terme. » La revue Nature qualifia le Rapport d'arme absolu contre les cinglés (qui croient aux ovnis).

 

Mais l'auteur de ce livre incontournable en la matière, Peter Sturrock, astrophysicien et prestigieux scientifique chargé de superviser ce panel de scientifiques de haut niveau, trouva ce rapport et ses arguments spécieux. Pour lui, c'est de l’esbroufe. « Et pourtant, écrit-il, cet ouvrage fait encore autorité dans la communauté scientifique », malgré ses grandes lacunes. Il apparaît, à la lecture de cette recherche, que trop d'éléments indésirables gênaient la conduite positive de ce travail. Le chef scientifique du Projet Colorado déclara lui-même : « Là où l'on sait que le secret existe, on ne peut pas être absolument sûr que l'on sait toute la vérité. »

 

« L'histoire des sciences, écrit Peter A. Sturrock, comporte plusieurs exemples de phénomènes, désormais avérés, bien que pris à l'origine pour des contes populaires. Il y a deux siècles, les météorites, ces pierres qui tombent du ciel, appartenaient à cette catégorie, et la réalité de phénomènes éphémères, tels que la foudre en boule et les feux de Saint-Elme, était mise en doute récemment encore. »  

Science et OVNI : sur les traces d'une énigme

 

Naviguant encore sur le Web, j'ai trouvé cet article dont j'extrais ce passage :

Dès le départ, personne n'était dupe du rôle joué par la commission Condon. Comme le soulignera Ray palmer, le fondateur de la "Flying Saucer Review", dans son éditorial de mars 1967, la commission veut donner l'impression qu'elle est là pour se prononcer sur la réalité du phénomène ovni, peut-être sur leur origine et pour établir s'il est ou non une menace pour la sécurité nationale. En fait, il n'en est rien. La commission a été mise en place pour répondre à la question: "quel genre de personnes voient des soucoupes volantes (et l'écrivent) et pourquoi en voient-elles ?". En clair, c'est une enquête psychologique. C'est une enquête sur les témoins et non sur les soucoupes.

Peter A. Sturrock_ovni_science_la commission Condon

 

Liens en relation :

















Le bronzage tue! Quand la science se prononce...
H1N1, la grippe porcine: nous avons évité le pire
Un accouchement in live ou dépucelage en direct

Commenter cet article